Les Nominés et Lauréats de l'édition 2010

Le jury de sélection s'est réuni le jeudi 23 septembre à la Maison des Centraliens (Paris VIII) afin de désigner les lauréats et les nominés de cette 2ème édition des Trophées Ifremer. La cérémonie de remise des prix s'est tenue le mardi 19 octobre, au Musée de la Marine, en présence de tous les membres du jury, et devant une centaine de personnes.

  • Trophée de la Réalisation scientifique 
Les nominés sont : Walter Roest, du département Géosciences Marines, pour le programme Extraplac, et Gwenaël Jouet, du département Géosciences Marines, pour la campagne GoloDrill.

La campagne Golodrill, menée par Gwenael Jouet (Responsable scientifique du projet « Corse » au sein du Département Géosciences marines au Centre Bretagne de l’Ifremer), a remporté le prix de la réalisation scientifique.

Du 27 septembre au 17 octobre 2009, l’Ifremer a coordonné une mission scientifique de forage océanique en Méditerranée occidentale dans le cadre d'une coopération internationale entre l'Ifremer, ExxonMobil, Total et Fugro. La campagne “GoloDrill” à bord d’un navire opéré par la société Fugro, a permis de réaliser 9 forages répartis sur l’ensemble de la marge continentale Est-Corse. Avec ces forages, la communauté scientifique dispose désormais de données exceptionnelles qui vont contribuer à développer les connaissances fondamentales et à prédire à partir de modèles, l'enregistrement sédimentaire des marges continentales. Les résultats de la campagne devraient permettre de mieux comprendre le système de réservoirs de ressources et la géométrie des marges sédimentaires. Ce projet, porté par de jeunes chercheurs, est donc une vraie réussite en termes de partenariat public/privé.

  • Trophée de la Publication scientifique 

Les nominés sont : Verena Trenkel, du département Ecologie et Modèles pour l'Halieutique pour “Ecosystem Approach to Fisheries : Towards an integrated approach to fisheries resources analysis, management and development”, Daniel Aslanian, du département Géosciences Marines, pour “A new starting point for the South and Equatorial Atlantic Ocean”, Fabrice Pernet, du Laboratoire Environnement Ressources Languedoc Roussillon pour “Environmental anomalies, energetic reserves and fatty acid modifications in oysters coincide with an exceptional mortality event” et Patrice Klein, du département Océanographie Physique et Spatiale pour “Cyclone-Anticyclone Asymmetry in Geophysical Turbulence” .

Le Trophée de la Publication scientifique a été remis à la publication « Cyclone-Anticyclone Asymmetry in Geophysical Turbulence » parue dans Physical Review Letters. Les auteurs sont Guillaume Roullet (1er auteur) de l'Université de Bretagne Occidentale (LPO) et Patrice Klein (2e auteur), directeur de recherche à l'Ifremer au sein du laboratoire Physique des Océans au Centre Bretagne de l’Ifremer.

Patrice Klein et Guillaume Roullet proposent dans cette publication la description de modèles géophysiques à très petites échelles qui montrent la dépendance de la vie marine par rapport aux aspects physiques. Les travaux relayés dans cette publication, en particulier la simulation de nouveaux modèles théoriques, devraient se révéler fondamentaux pour expliquer pourquoi certaines espèces (plancton, phytoplancton) vivent dans certaines zones.

Cette publication examine en effet l'impact dynamique des petites échelles océaniques horizontales (comme les filaments de moins de 10km de large, omniprésents sur les images satellites de couleur de la mer) sur les échelles plus grandes (tourbillons de 100km de diamètre ou grands courants océaniques). Cet impact, ignoré jusqu'à présent, augmente l'amplitude des vitesses verticales par un facteur 10 et l'énergie cinétique totale par un facteur 2. D'où des conséquences importantes pour la dynamique océanique et pour les interactions physiques-biologiques. Cet impact est en particulier révélée par la dominance des structures cycloniques vis à vis des structures anticycloniques. Ces résultats ont été obtenus à l'aide de simulations numériques réalisées sur le Earth Simulator Japonais (dans le cadre du MOU IFREMER-JAMSTEC) en utilisant une résolution spatiale jamais atteinte jusqu'à présent.

  • Trophée de l’Innovation scientifique, technique ou technologique 
Les nominés sont : Kelig Mahé, du département Halieutique de Manche - mer du Nord, pour le logiciel d'analyse d'images dédié aux pièces calcifiées, appelé logiciel TNPC (Traitement Numérique des Pièces Calcifiées), et Christelle Simon-Colin, du département Biotechnologie Marine, pour les Biotechnologies marines et leurs applications environnementales.

Ce prix a été remis à Kelig Mahé, Responsable du Pôle de Sclérochronologie au Centre Manche-mer du Nord de l’Ifremer, et représentant de l’équipe en charge du logiciel « Traitement Numérique des Pièces Calcifiées ».

Chaque année, de nombreux pays fournissent des données concernant l’âge de diverses espèces marines qui sont essentielles à l’évaluation de l’état des ressources et qui permettent d’élaborer des hypothèses sur leur évolution. En 2009, l’Ifremer a inauguré le Pôle de Sclérochronologie, spécialisé dans l’estimation de l’âge des espèces marines. L’âge d’un poisson est connu à partir de l’analyse de ces pièces calcifiées (écaille, otolithe, vertèbre…) qui montrent des stries de croissance. L'Ifremer a développé en partenariat avec la société Noésis, un logiciel d'analyse d'images dédié aux pièces calcifiées nommé TNPC (Traitement Numérique des Pièces Calcifiées). L’analyse numérique permet une assistance à la quantification et à l’interprétation des pièces calcifiées, un stockage numérique du matériel biologique, une facilité d’échange des données et enfin une diminution des coûts avec des processus d’automatisation.

  • Trophée du Partenariat industriel 

Le nominé et lauréat est : Daniel Aslanian, Chef du Laboratoire Géophysique et Géodynamique au sein du Département "Géosciences marines", pour le projet SanBa.

Ce projet propose une coopération majeure avec PETROBRAS, compagnie pétrolière de premier plan au niveau international, et avec le Brésil, un des pays cibles pour l’Ifremer. Le jury a apprécié ce dossier, autant sur l’aspect du partenariat qui fera avancer la recherche, mais également Petrobras dans sa prospection, que sur l’aspect scientifique et la programmation d’une campagne à la mer est prévue pour valider le modèle scientifique original proposé.

Le projet SanBa est une partie d’une collaboration que l’Ifremer met en place avec PETROBRAS, l’IEUM, l’université de Lisbonne et les universités brésiliennes. Ce projet implique des opérations en mer (sismique réfraction, sismique SMT, chirp, reconnaissance des bulles de gaz dans la colonne d’eau, magnétisme, gravimétrie…) dont la première est programmée, au large du Brésil, sur l’Atalante du 17 novembre 2010 au 5 Janvier 2011. Elle consistera à calibrer, par des outils de sismique réfraction développés au sein de l’Ifremer, des profils de sismique réflexion de grande qualité pour PETROBRAS et ainsi à mieux définir les vitesses et la morphologie de la croûte dans le bassin de Santos, lieu des plus importantes découvertes pétrolières de cette dernière décennie. Un des but est ici de proposer à l’industrie pétrolière une calibration de leurs données de sismique réflexion par l’apport de la sismique réfraction.

  • Trophée de la Médiation scientifique 

Les nominés sont : Richard Le Boucher, Laboratoire d'Aquaculture Languedoc-Roussillon, pour sa présentation « Can genetic improvement in aquaculture reduce the impact on fisheries? », Marc Taquet, et son équipe du Centre Océanologique du Pacifique, pour « Journées de restitution des résultats de la recherche sur la perliculture en Polynésie », Jozée Sarrazin, du département Etudes des Ecosystèmes Profonds, pour « la Campagne BIG » et Daniel Desbruyères pour « DVD Deep-Sea Hydrothermal Vent Fauna ».

Ce Trophée a été remis à Marc Taquet, Directeur du Centre Pacifique de l’Ifremer, pour le projet « Journées de restitution des résultats de la recherche sur la perliculture en Polynésie ».

Les journées de restitution des résultats de la recherche sur la perliculture ont été organisées, les 3 et 4 mars 2010, par l'Ifremer, en partenariat avec le Ministère des Ressources Maritimes de Polynésie française et le service de la Perliculture. Ces journées ont rencontré un vif succès auprès des perliculteurs qui ont alimenté les débats en participant activement aux discussions lors des ateliers interactifs et de la visite des installations du centre Ifremer. Le Président de la Polynésie française a souhaité inaugurer lui-même ces deux journées. Le Ministre des Ressources Maritimes a participé à l’intégralité de cet événement, témoignant de l’importance accordée aux travaux scientifiques de l’Ifremer. Ces journées ont permis de montrer l’intérêt des recherches de l'Institut pour le développement durable de cette filière de toute première importance économique pour la Polynésie française. La profession dans son ensemble et de façon unanime a conforté les axes de recherche de l'Ifremer pour l’avenir.

La réussite de ce projet met en évidence l’importance de telles restitutions et des échanges scientifiques/professionnels. Il est en effet essentiel que les chercheurs soient capables de « traduire » les résultats de leur travaux scientifiques afin de faciliter la collaboration avec les professionnels, d’autant plus que l’une des missions de l’Ifremer est d’être un soutien à l’économie locale.

  • Trophée de Thèse 

Les nominés sont : Sandie Millot, (Domestication, sélection et comportement du bar : variabilité des aptitudes comportementales et de la tolérance au stress de groupes génétiquement distincts de bar, Dicentrarchus labrax), Raul Perez Galvez (Le compactage : une solution pour un meilleur management des bioressources marines. Application aux rejets et co-produits de poisson), Karine Grangeré (Réponse écophysiologique de l’huître creuse Crassostrea gigas à la variabilité spatio-temporelle des facteurs environnementaux) et Emmanuel Jaffres (Caractérisation moléculaire de l’écosystème microbien complexe de la crevette cuite et étude des flores d’altération).

La Lauréate est Sandie Millot pour sa thèse « Domestication, sélection et comportement du bar : variabilité des aptitudes comportementales et de la tolérance au stress de groupes génétiquement distincts de bar, Dicentrarchus labrax » qu’elle a menée sous la direction de Béatrice Châtain, Responsable du projet « Domestication et Sélection » et Responsable du GDR AGπ « Amélioration Génétique pour une Pisciculture durable », et Marie-Laure Begout, chercheur au Laboratoire Ressources Halieutiques à la station Ifremer de l’Houmeau.

Le jury a tenu a salué l’originalité et la qualité de cette thèse qui a demandé l’utilisation de nombreuses techniques et dont les résultats (ou une partie) ont été exposé dans 8 publications scientifiques. Cette thèse a permis de mettre en évidence chez le bar, que la domestication améliorait la vitesse d’apprentissage et d’adaptation aux conditions d’élevage et que la sélection pour la croissance favorisait les animaux présentant un rythme alimentaire régulier, une capacité d’exploration élevée et une croissance variable dans le temps.
Sandie Millot est actuellement post-doctorante en bioacoustique et morphologie fonctionnelle à l’Université de Liège (Belgique).

  • Trophée du Parcours scientifique 

Les nominés sont : André Forest, responsable du Département « Écologie et Modèles pour l'Halieutique », Lionel Lemoine, Responsable du programme « Ressources minérales, énergétiques et écosystèmes profonds », Lionel Loubersac, Responsable du Département « Lagons, Ecosystèmes et Aquaculture Durable », Chantal Cahu, Responsable du Département « Physiologie Fonctionnelle des Organismes Marins » et Tristan Renault, responsable du Département « Amélioration génétique, Santé animale et Environnement ».

Cette année, le Trophée du Parcours scientifique a été remis à Lionel Loubersac, Directeur délégué de l’Ifremer en Nouvelle-Calédonie, chef de station, chef du département « Lagons, Ecosystèmes et Aquaculture Durable en Nouvelle-Calédonie » et coordinateur du chantier géographique « Lagons de la Nouvelle-Calédonie ». Son parcours est une illustration des spécificités de l’Ifremer : très mobile avec plusieurs séjours en outre-mer, Lionel Loubersac mène parallèlement à sa carrière de scientifique une carrière de manager avec notamment la responsabilité de la station de Nouvelle-Calédonie. Personnalité capable de fédérer les acteurs, les synergies, les compétences des autres, c’est un élément clef dans l’institut.

Depuis ses débuts professionnels en 1974 au CNEXO (Centre National pour l’EXploitation des Océans, l’ancêtre de l’Ifremer), Lionel Loubersac a développé ses activités au sein de différentes unités thématiques et dans plusieurs implantations géographiques de l’Ifremer (Brest, Tahiti, Sète et en Nouvelle-Calédonie). Il a ainsi travaillé directement avec des équipes spécialisées en environnement côtier, en ressources aquacoles ou encore en halieutique avant de se spécialiser sur la recherche côtière et sur les technologies de l’observation, de la spatialisation et du suivi des milieux et des ressources, en interface avec les décideurs.

Depuis 1985, il s’est également investi dans l’encadrement d’équipes de recherche à travers les postes de responsable de service, de laboratoire ou encore de département. Ainsi, son parcours a permis de contribuer à la création de liens entre disciplines, à la diffusion de la science et de la technologie, à l’accueil et à la formation de chercheurs comme au montage de projets et de partenariats avec des équipes extérieures issues de grands organismes nationaux, d’universités ou de partenaires européens.
Enfin, Lionel a contribué à la définition et à la mise en œuvre pratique de stratégies de l’Institut en direction des défis posés par l’Outre-Mer.

  • Trophée "Prix spécial du jury" 

Le jury a décidé de décerner un « Trophée spécial du jury » parmi l’ensemble des candidatures et des dossiers analysés dans le cadre du prix du Parcours scientifique.

Le Lauréat du Prix spécial du Jury 2010 est Chantal Cahu, Responsable du Département « Physiologie Fonctionnelle des Organismes Marins » et Responsable, à la Direction de la Prospective et Stratégie Scientifique, des secteurs « Aquaculture » et « Biotechnologie ». Le jury a tenu à récompenser un élément extraordinaire, de très haute qualité scientifique.

Titulaire d’un doctorat de l’Université de Paris VI, Chantal Cahu a débuté sa carrière de chercheur au CNEXO en 1981. Elle s’est consacrée à l’étude de la physiologie des crustacés puis des poissons, avec pour objectif l’acquisition de connaissances fondamentales et l’application pour le développement de l’aquaculture. Ces recherches se sont notamment concrétisées par le dépôt d’un brevet dont l’invention est commercialisée dans de nombreux pays.

Chantal Cahu est également l’auteur d’environ 70 publications de rang A et d’une quantité importante de rapports. Elle participe aussi à de nombreux débats publics et des projets nationaux et européens. Très dynamique, elle est aussi responsable du département « Physiologie Fonctionnelle des Organismes Marins », dont elle assure la cohérence scientifique. Elle contribue à la l’animation scientifique nationale par son implication dans la mise en place et le fonctionnement d’UMRs, par la coordination ou la participation à des groupes de travail et des conseils scientifiques.

Reconnue par ses pairs, en France comme à l’international, Chantal Cahu rappelle souvent que toutes ces recherches sont évidemment menées en équipe (au sein de l’Ifremer mais également avec de nombreux collègues étrangers) et que ces travaux sont rendus possible grâce à une très forte implication de doctorants et post-doctorants avec lesquels elle apprécie particulièrement travailler.