Actions Axe 1 2016-2017

Forme des otolithes

Dans le cadre du projet SMAC, 1296 poissons ont été échantillonnés lors de campagnes scientifiques (Campagne dédiée Canche Authie, CGFS et IBTS) ou suite à des débarquements des professionnels de mars 2016 à juin 2017 dans les différentes zones d’échantillonnage, grâce aux soutien logistique des OP partenaires (voir carte ci-dessous). A ces données, il faut ajouter 522 données fournies par le CEFAS provenant des côtes anglaises, et environ 300 fournies par l’institut scientifique belge ILVO. Les prélèvement sont désormais terminés et sont en cours d'analyse.

Microchimie des otolithes

Le volet microchimie des otolithes prévu dans le cadre de l’axe connectivité se décompose en trois étapes décrites ci-dessous :

a) Construction d’une cartographie des signatures microchimiques de référence des habitats (frayères et nourriceries).

Pour disposer d’un référentiel géolocalisé de signatures microchimiques de larves (frayères) et de juvéniles (nourriceries), des échantillonnages de larves (printemps 2017 et 2018) et de juvéniles (été 2016 et 2017) ont été/seront réalisés en Manche Est et dans les stocks adjacents de Manche Ouest et Mer du Nord (carte ci-dessous).

Des analyses préliminaires ont été conduites en mars 2017 sur 25 juvéniles pour lesquels les signatures larvaires et juvéniles ont été analysées. En 2018, nous prévoyons d’analyser 34 juvéniles supplémentaires de 2016 et 50 de 2017, 107 adultes de 2017 et 100 (selon les captures) de 2018 ainsi que les larves collectées en 2017.

b) Réassignation des adultes par confrontation au référentiel de signatures et analyse rétrospective de l’occupation des habitats.

En analysant les signatures larvaires et juvéniles d’adultes échantillonnés en 2017 et 2018 (voir carte ci-dessous) et en comparant ces signatures au référentiel établi précédemment, l’objectif est de réassigner les juvéniles à leur frayère de provenance et les adultes à leurs frayères et nourriceries d’origine et ainsi de spatialiser a posteriori la séquence d’occupation des habitats de naissance et de nourricerie. La réassignation sera réalisée au moyen d’un modèle Bayésien de réassignation ou éventuellement à l’aide de méthode de classification/clustering (LDA, Random Forest, Artificial Neural Network).

c) Validation par confrontation des résultats de réassignation aux résultats de marquage/recapture.

Des campagnes de marquage de juvéniles (principalement des poissons de 2 ans) ont eu lieu en 2017 sur les différentes nourriceries de Manche Est avec des marques rouges. Pour les individus marqués sur ces sites en 2017 et repêchés plus au large en 2017, 2018 et 2019 (en tant qu’adultes), nous proposons de réaliser, sur les individus ramenés, des analyses de microchimie des otolithes afin de valider de manière empirique le modèle de réassignation aux nourriceries basé sur les référentiels spatialisés construits en a).