engins et métiers

On peut distinguer dans les engins de pêche, les engins actifs des engins passifs. Les premiers sont déplacés pour capturer les espèces ou l'espèce recherchée alors que pour les seconds, ce sont les espèces qui viennent se prendre dans les engins de pêche déployés. Les principaux engins utilisés en Guadeloupe sont pour les engins passifs, les casiers, filets droits, filet trémails, lignes à main et palangres, et pour les engins actifs, les lignes de traîne, sennes ou filets encerclant ainsi que la pêche en apnée. Ces engins peuvent être utilisés soit sur le plateau insulaire soit au plus au large en particulier pour la pêche des espèces pélagiques.

La codification des engins du métier est basée sur la classification internationale type des engins de pêche (CSITEP). Dans le cadre du système d’information halieutique de l’Ifremer, chaque engin est référencé conformément aux recommandations de la FAO (lien sur site FAO).

Les métiers utilisés pour caractériser l’activité des navires sont définis par la mise en oeuvre d’un engin de pêche pour capturer une ou plusieurs espèces « cibles » dans une zone donnée et pendant une période donnée. Les travaux menés par l’Ifremer sur l’activité de la pêche aux Antilles ont permis d’inventorier les principaux métiers. Les métiers autres que la pêche utilisant le navire sont également caractérisés pour l’ensemble des navires de la flotte (voir synthèse).