Organiser un réseau de collecte

Le projet SIH constitue le réseau d'observation des ressources halieutiques et des usages associés. Celui-ci est responsable et dépositaire des cahiers des charges et des spécifications techniques pour les plans d'échantillonnage, la collecte, l'archivage et l'accès aux données halieutiques au sein de l'Ifremer.

Outre la mise à disposition d'informations validées à l'ensemble des programmes de recherche et le soutien aux missions d'avis et d'expertise halieutique institutionnelle de l'Ifremer, il est en charge de l'élaboration d'indicateurs sur les flottilles de pêche et de leur restitution sous forme de synthèses aux différents acteurs de la filière pêche (depuis la recherche jusqu'aux professionnels et gestionnaires) et du grand public.

Un important partenariat institutionnel et un réseau d'observateurs

Observateurs scientifiquesObservateurs scientifiques

Pour mener à bien son projet d'observatoire national des ressources halieutiques et des usages, l'Institut bénéficie d'un important partenariat institutionnel et de cofinancements associés, en particulier avec la Direction des Pêches Maritimes et de l'Aquaculture (Convention cadre Ifremer-DPMA, Contractualisation de la collecte des données halieutiques au travers du règlement cadre pour la collecte des données européen DCF) et parfois des régions.

Il s'appuie sur un réseau d'observateurs Ifremer complété par des partenaires sous-traitants chargés du recueil de la donnée auprès des professionnels de la pêche et de la filière (enquêtes et échantillonnages), répartis dans les implantations Ifremer et bénéficiant d'une animation locale (laboratoire Ifremer) et centrale (animation nationale des différents volets du réseau de collecte de données du SIH).

 

Un système opérationnel sur l'ensemble des façades françaises, y compris l'outre-mer

Le SIH est l'un des seuls réseaux en Europe qui permette d'appréhender l'intégralité de l'activité de la flotte nationale, incluant la pêche côtière, et de comprendre le fonctionnement de l'ensemble du « système Pêche », dans toutes ses composantes (démarche écosystémique).
Il couvre la totalité des façades françaises : opérationnel sur la façade Mer du nord – Manche – Atlantique depuis 2001, il s'est étendue à la façade Méditerranée (hors Corse) en 2002, puis dans les départements d'outre-mer à partir de 2005 (Réunion et Guyane en 2005, Martinique et Guadeloupe en 2007), et enfin en Corse en 2009, moyennant les adaptations nécessaires au contexte en particulier en termes de référentiels (espèce, engin, zone de pêche, métiers). Cette extension géographique du projet SIH s'est accompagnée d'un élargissement thématique au sein de la pêche professionnelle (collecte de données économiques, échantillonnage des marées au débarquement …), et de la prise en compte progressive de la pêche récréative en mer.

 

Mise en place d'une démarche qualité

Les besoins de collecter et de qualifier les données halieutiques sont diversifiés. Ils vont croître avec l'arrivée de nouveaux enjeux en matière d'expertise et de recherche halieutique, tels que le développement de l'approche écosystémique dans la gestion des pêcheries, la prise en compte des usages récréatifs ou la mise en place d'aires marines protégées (AMP).

Le SIH a donc souhaité inscrire dans une démarche qualité la mise en oeuvre de ses techniques d'observation. Les objectifs sont :

  • d'une part, la qualité des données acquises : La démarche qualité doit permettre d'assurer la pertinence et l'harmonisation des protocoles d'échantillonnage pour la collecte des données, mais aussi de mettre à disposition des utilisateurs des données (brutes ou agrégées) validées ou de qualité connue
  • d'autre part, l'exploitation optimale de ces données par les réseaux du SIH, s'appuyant sur des données de qualité connue et des méthodologies d'analyse validées scientifiquement.