Observations

Quatre sortes de données sont collectées par le SIH, via son observatoire indépendant répartit sur l'ensemble du territoire, en métropole et en outre-mer.

Les écosystèmes

Poisson seul

L'observation des écosystèmes vise à évaluer l’état des stocks des différentes espèces pêchées en France et en Europe. Elle permet aussi de caractériser l'écosystème marin dans dans lequel évoluent les peuplements.

25 campagnes scientifiques ont lieu chaque année en mer, permettant de collecter des données depuis plus de 30 ans pour les plus anciennes. Grâce à l’utilisation d’engins de pêche standardisés, les données acquises ainsi chaque année à bord de navires scientifiques ou des bateaux de pêche professionnels contribuent au calcul de l’indice d’abondance, avec des milliers de poissons prélevés lors de chalutages minutés. Les poissons sont mesurés et leur âge est évalué grâce à la mesure de leurs otolithes (petits os situés dans l’oreille interne du poisson).

Les ressources

Observer les ressources exploitées permet de reconstituer la pyramide des âges des différentes espèces pêchées. Pour cela, les observateurs effectuent des mensurations, aux points de débarquement, sur les navires de pêche professionnelle et sur les navires océanographiques lors des campagnes scientifiques. Ces données contribuent à l'évaluation des stocks de poissons et à différents projets de recherche.

Navire bleu

Les débarquements et l'effort de pêche

Les quantités des différentes espèces débarquées par les pêcheurs, ainsi que celles vendues en criée ou de gré à gré permettent de caractériser les débarquements. Elles sont soit transmises par l'Administration française* soit estimées par des observateurs sur les points de vente ; c'est le cas en outre-mer. L'effort de pêche, lui, vient compléter les autres données, en apportant la connaissance sur la durée des marées, le temps d'immersion des engins de pêche, leurs tailles et les maillages utilisés.

L'activité et la socio-économie

Cerner l'activité de pêche des navires professionnels est un guide pour l'utilisation des données déclarées par les pêcheurs car cela permet de caractériser la flotte française. Ainsi, les observateurs présents sur le terrain reconstituent, pour chaque mois de l'année en cours, les métiers pratiqués par un navire et son patron de pêche en précisant les ports et zones de pêche fréquentés. Ces données serviront également de support pour planifier le travail des observateurs tout au long de l'année sur le terrain : observations à bord des navires professionnels, mensurations des espèces marines à terre et en mer, enquêtes auprès des pêcheurs.

Enfin, les performances socio-économiques des navires sont connues grâce à des enquêtes menées en collaboration avec les pêcheurs professionnels. Les informations recueillies comme la composition d'un équipage, les coûts et les recettes de l'entreprise, permettent de répondre à des questions scientifiques et de gestion de pêches. On mesure ainsi différents impacts  liés à la variation des coûts de carburant ou aux mesures de gestion ; les performances des flottilles ; le poids de la pêche française en Europe etc.

L'ensemble de ces observations contribuent donc à la mission de soutien aux avis et expertises comme les évaluations de stocks. Elles sont aussi une source précieuse de données historiques à disposition des projets de recherche.

*: Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture (DPMA), ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.