Recopesca

Recopesca - Réseau de mesure de l’activité de pêche spatialisé (effort et captures) et de données environnementales, à usage scientifique.

Améliorer les connaissances sur l’effort de pêche et les captures, et ainsi l’évaluation des ressources exploitées, et acquérir de nouvelles données environnementales physiques, telles que la température et la salinité, sont les objectifs de ce projet. Recopesca mise sur une participation directe des pêcheurs en donnant au navire volontaire une fonction d’observateurs scientifiques.

Le projet est parti du constat d’un manque de données suffisamment fines pour estimer la distribution spatiale de l’effort de pêche et des captures et pour caractériser l’environnement des zones de travail des pêcheurs. Partant de ce constat, le projet Recopesca se propose d’instrumenter, à des fins exclusivement scientifiques, un panel de navires volontaires représentatif de l’ensemble des flottilles. Il ne s’agit en aucun cas de contrôler, mais bien de collecter l’information permettant d’améliorer l’évaluation de l’état des ressources et les diagnostics sur les pêcheries, et de mesurer les paramètres environnementaux nécessaires à la mise en place progressive d’une approche écosystémique de la gestion de la pêche.

Le principe consiste à installer, sur les engins et à bord de navires, des capteurs de faible contrainte pour les pêcheurs afin de mesurer les paramètres environnementaux au fond et dans la colonne d’eau et enregistrer des données sur l’activité et l’effort de pêche.

Les paramètres mesurés par le dispositif Recopesca

Ce sont de véritables « mini-campagnes océanographiques » que les professionnels de la pêche sont invités à effectuer à chaque sortie en mer dans le cadre de Recopesca.

L’instrumentation et les équipements déployés à bord permettent de :

  • Mesurer les paramètres environnementaux au fond et dans la colonne d’eau : un capteur spécifique, installé sur les engins de pêche, permet de mesurer la pression (donc la profondeur), la température et éventuellement la salinité (profils et séries). Une autre version de ce capteur, intégrant la mesure de la turbidité, est également disponible.
  • Quantifier l’effort de pêche : en plus de l’enregistrement des paramètres physiques, la mesure du temps d’immersion de la sonde implantée sur un engin constitue un bon indicateur du temps de pêche, que l’engin soit traînant ou dormant. Un autre capteur, le compte-tour, est destiné à équiper les appareils de virage des navires pratiquant les arts dormants. En enregistrant le nombre de tours, il permet  d’estimer a posteriori la longueur d’engin levée à chaque opération de pêche.
  • Spatialiser les données environnementales collectées, enregistrer la route du navire et sa vitesse : un GPS est installé à bord pour positionner les données physiques mesurées par les capteurs et spatialiser l’activité du navire.
  • Quantifier les captures : dans certains cas et lorsque l’équipage est volontaire, une balance peut également être installée à bord. Elle permet de quantifier les captures par espèce et par opération de pêche.

L’acquisition de données assurée par des navires de pêche volontaires

Recopesca repose sur la participation volontaire des professionnels de la pêche. En 2013, environ 75 navires sont instrumentés et alimentent quotidiennement en données les systèmes d’informations océanographique (Coriolis) et halieutique (SIH) de l’Ifremer.

Le système de base de Recopesca est totalement autonome et ne nécessite aucune intervention de l’équipagepour fonctionner. Les différents capteurs (capteurs physiques sur les engins, compte-tour, balance) enregistrent les données puis les communiquent par ondes radios à une centrale d’acquisition également installée à bord et appelée « concentrateur ». Ce boîtier compact (qui héberge le GPS) transmet ensuite les données à terre de manière automatique (communication GPRS dès lors que le navire se trouve à portée du réseau téléphonique), au centre de données Recopesca basé à Ifremer Brest, pour stockage en bases de données. Les données sont transmises à terre.