Soutenance de thèse de Clémence Cordier le 10 décembre 2019 à 10h au CEREGE à Aix-en-Provence

Clémence Cordier soutiendra sa thèse de Doctorat en Génie des procédés le 10 décembre 2019 à 10h au Grand Amphithéâtre du CEREGE sur le site de l'Arbois à Aix en Provence.

Titre de la thèse:

L'ultrafiltration pour une meilleure maîtrise de la qualité de l’eau dans les écloseries et nurseries conchylicoles

La profession conchylicole est une activité phare du littoral français. Les écloseries et nurseries qui produisent des huîtres au stade naissain pour les vendre aux professionnels proposent une méthode de culture alternative en conditions contrôlées avec la possibilité de maîtriser la qualité des eaux entrantes et sortantes. Au sein de ces établissements, le traitement de l’eau devient donc un sujet essentiel pour le maintien d’huîtres géniteurs, les élevages larvaires et la production de microalgues fourrages. L’objectif de la thèse est de développer l’ultrafiltration pour le traitement de l’eau dans ces structures avec le but d’éliminer en amont les agents pathogènes et les parasites pour la pérennisation des espèces et des cultures, mais aussi pour le traitement de l’eau en aval qui doit viser l’inactivation de tout matériel biologique non endémique dans les zones de production concernées. La fiabilité et la robustesse de l’ultrafiltration ont été éprouvées à l’échelle semi industrielle et validées sur les différentes matrices testées en optimisant les conditions opératoires, de nettoyage mais aussi par l’utilisation d’un rétrolavage essoré. Une biosécurisation des élevages est réalisée avec (i) la protection des animaux du stade larvaire à adulte vis-à-vis d’agents pathogènes (virus OsHV-1 et bactérie Vibrio aestuarianus) (ii) la rétention des gamètes d’huîtres dans les effluents, potentiellement à risque pour le milieu marin, (iii) la mise en place d’un circuit d’eau purifiée réutilisée au sein même des structures conchylicoles. La production de microalgues a également été améliorée par l’ultrafiltration permettant d’envisager un transfert de technologie vers l’industrie.

Composition du jury :

M. Philippe MOULIN, Université Aix-Marseille- M2P2, Directeur de thèse

M. Christophe STAVRAKAKIS, Plateforme expérimentale Mollusques Marins de Bouin, Ifremer,  Co-directeur de thèse

Mme Camille SAUREL, DTU Aqua - Danish Shellfish Centre, Rapporteur

M. Romain KAPEL, LRGP, Rapporteur

Mme Emmanuelle ROQUE D'ORBCASTEL, Laboratoire Environnement Ressources Languedoc Roussillon, Ifremer, Examinateur

M. Anthony MASSÉ, Gepea, Examinateur

M. Frédéric CHENIER, Vendée Naissain, invité

M. Patrick SAUVADE, Suez-Aquasource, invité