Contexte et objectifs

Les coquillages malades présentent rarement des symptômes visibles à l’œil nu. Par conséquent, toute mortalité de coquillages peut refléter l’expression finale d’une maladie. La surveillance événementielle des mortalités inhabituelles de coquillages permet donc de détecter l’émergence de phénomènes pathologiques inhabituels et nouveaux. Cette surveillance repose notamment sur l’observation des mortalités par les conchyliculteurs, les plus proches des coquillages et donc les mieux à même de les observer, et la déclaration spontanée auprès de l’autorité compétente locale, la Direction départementale des territoires et de la mer.

La détection précoce des mortalités de coquillages est capitale pour permettre une réaction rapide en cas d’émergence ou d’introduction de maladie nouvelle. Pour être efficace, cette surveillance doit être sensible, c’est-à-dire que tous les conchyliculteurs doivent participer. Elle doit être aussi réactive, c’est-à-dire que le délai de déclaration doit être le plus court possible.

 L’étude FridDOM - partie 1 a été conduite auprès des ostréiculteurs des Pertuis Charentais, sur la période de mars à décembre 2012. Elle a été financée par la Direction générale de l'alimentation du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. Ses partenaires étaient la Direction départementale des territoires et de la mer de Charente-Maritime, l’Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l’Alimentation de Nantes Atlantique (Oniris) et l'Ifremer (Laboratoire de Génétique et Pathologie des Mollusques Marins).

 L’objectif de cette étude était d’estimer la sensibilité du dispositif de déclaration obligatoire des mortalités d’huîtres creuses dans les Pertuis Charentais, et son évolution au cours des années 2007-2011.