Identification de mécanismes d’action toxique

Les outils de la génomique fonctionnelle, tels que l’analyse du transcriptome et de l’épigénome, sont mis en oeuvre pour identifier des mécanismes de toxicité et des signatures spécifiques chez les organismes en réponse à un toxique. Ces signatures peuvent potentiellement être utilisées comme marqueurs d’exposition et/ou d’effets des polluants chimiques.

Les outils de « génome editing » (inactivation CRISPR/CAS9) sont également utilisés pour l’identification de marqueurs moléculaires précoces d’(embryo)toxicité chez les mollusques bivalves.

Des approches de biochimie (activités enzymatiques) et cytométrie en flux (activité oxydante) sont également employées pour déterminer les effets des polluants et leurs mécanismes d’action à l’échelle cellulaire ou tissulaire.