Étude du transfert trophique des polluants chimiques et des effets toxiques associés

Les organismes marins peuvent être exposés à la pollution chimique par différentes voies en fonction de leurs caractéristiques bioécologiques (organisme sessile filtreur, benthique, vagile…) ou des propriétés physico-chimiques des polluants eux-mêmes (hydrophobicité, persistance...). Ils peuvent ainsi absorber des polluants par contact avec les sédiments, la phase dissoute ou particulaire de la colonne d’eau, ou encore par la voie trophique. Cette dernière voie d’exposition est particulièrement impliquée dans la bioamplification des polluants chimiques dans les réseaux trophiques.

Les mollusques bivalves peuvent ainsi absorber des polluants via leur activité de filtration en ingérant du phytoplancton, source de nourriture et potentiel vecteur de contamination. Nous étudions ainsi au laboratoire le devenir des polluants et leurs effets sur la viabilité et la valeur trophique du phytoplancton marin, l’absorption de ces polluants par la voie trophique et les effets toxiques associés chez l’huître creuse.