Étude des mécanismes d’adaptation au stress chimique (modifications épigénétiques, résistance)

Que ce soit chez les mollusques bivalves ou le phytoplancton marin, des changements de méthylation de l’ADN (modifications épigénétiques) ont pu être observés soit après exposition parentale ou exposition chronique sur plusieurs générations. L’effet de l’exposition à des polluants chimiques sur la méthylation de l’ADN de nos organismes modèles est donc étudié au laboratoire dans le cadre d’expositions contrôlées. Les résultats sont interprétés en lien avec la mesure de l’intégrité du génome (génotoxicité) et de l’expression des gènes (transcriptomique).

Le Laboratoire s’intéresse également aux mécanismes de résistance des organismes aux contaminants, au travers d’un modèle d’étude constitué par une souche de microalgue mutante, résistante à l’herbicide diuron.

Ces recherches pourraient nous permettre de mieux comprendre l’adaptation des espèces au stress chimique chronique.