TOUCAN

TOUCAN (LabEx COTE, 2017-2019): « Trophic transfer of major chemical pollutants in Arcachon Bay: which impact on the Pacific oyster Crassostrea gigas ? ». Projet coordonné par le LEX.

Le projet TOUCAN propose une approche pluridisciplinaire pour une meilleure connaissance de la présence, de la distribution et du devenir des principaux polluants chimiques du bassin d’Arcachon. Il vise notamment à étudier le transfert trophique de polluants chimiques historiques (HAP, cuivre) et émergents (pesticides, filtres UV) ainsi que les effets toxiques associés. Pour chaque type de polluants, les dernières méthodes de chimie analytique seront utilisées pour compléter les données existantes concernant la contamination du sédiment, de la colonne d’eau (phase dissoute et matière organique particulaire) et d’huîtres transplantées à différents sites du Bassin. Elles permettront également d’acquérir de nouvelles données quant à la contamination du phytoplancton marin, potentiel vecteur de contamination trophique. L’eau de mer et la chair des huîtres seront également analysées pour le calcul des rapports isotopiques du carbone et de l’azote. Ces analyses permettront ainsi de caractériser et de quantifier la contribution des différentes sources de matière organique au régime alimentaire de l’huître.

Afin d’étudier les mécanismes impliqués dans le transfert trophique des polluants et leur toxicité, une approche expérimentale sera menée à la plateforme régionale d’innovation de Bouin (Pays de la Loire). En considérant le maillon constitué du phytoplancton marin et de l’huître creuse comme producteur et consommateur primaires, le transfert trophique du cuivre et d’un polluant organique seront étudiés. Ce dernier sera sélectionné sur la base des résultats obtenus au cours de l’étude de terrain. Il pourrait s'agir du métolachlore ESA (principal métabolite de l'herbicide S-métolachlore, l'un des sous-produits d’herbicides les plus fréquemment détectés dans le Bassin d'Arcachon) ou d'un filtre UV.

Les données collectées au cours du projet TOUCAN devraient ainsi contribuer à une meilleure connaissance de la pression chimique anthropique sur le Bassin d'Arcachon. Il apportera des données originales sur le transfert trophique et la toxicité de polluants historiques et émergents représentant un risque pour l’environnement mais également pour l’homme.