Un accord cadre en appui aux politiques publiques

L’Ifremer apporte son aide aux différentes autorités publiques qui sont, selon leur domaine de compétence, en charge de la surveillance de la zone économique exclusive (ZEE), de la gestion du milieu marin et du littoral, ainsi que de la valorisation des ressources naturelles. Tous les 5 ans, plusieurs parties prenantes conviennent d’un accord-cadre qui contractualise leur collaboration. Cet instrument stratégique sert à répondre aux problématiques locales et accompagner les politiques publiques ainsi que le secteur économique de la mer, selon une trajectoire de développement durable.

Les parties prenantes

  • L’Ifremer
  • L’État et les services de l’État en Nouvelle-Calédonie
  • La province Sud
  • La province Nord
  • La province des îles Loyauté
  • Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

 Ces différentes parties prenantes fournissent des moyens, des ressources et prennent en charge les différents coûts nécessaires à l’accomplissement des activités de recherche.

 

Les outils de programmation, de suivi et d’évaluations

L’Ifremer met en place une programmation annuelle et une programmation quadriennale qui fixe les objectifs stratégiques, les activités opérationnelles de recherche et les moyens dédiés. Ces programmations s’articulent autour des questions, besoins et problèmes techniques posés par les professionnels de la mer et/ou les collectivités publiques.

  • Le comité directeur (anciennement comité mixte) valide la programmation annuelle et quadriennale, gère les flux financiers et met à disposition les moyens définis dans l’accord-cadre. Il est constitué de représentants des différentes parties prenantes.
  • Les comités techniques thématiques (ou groupes techniques) effectuent un suivi annuel et/ou quadriennal des avancées scientifiques et techniques. Ils sont constitués par des techniciens travaillant dans différents services des parties prenantes (Davar, Parc naturel de la mer de Corail, directions de l’agriculture et/ou de l’environnement des provinces…).

 

40 ans d'étroites collaborations

 Depuis 1978, l’Ifremer a établi en continu 7 accords-cadres et avenants de prolongation avec ces parties prenantes.

L’Ifremer emploie actuellement 19 agents permanents sous statut local et a formé, en 40 ans, plus d’une centaine de personnes pour le marché calédonien du travail.

L'accord-cadre 2017-2022

L'accord-cadre 2017-2021 est intitulé "Valorisation des ressources et de l’environnement marins de la Nouvelle-Calédonie".

Les collaborations entre l’Ifremer et les services techniques des différentes parties prenantes (services de l'État, des provinces, et du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie) s’articulent autour de trois thématiques :

  • La durabilité des ressources et des agrosystèmes aquacoles
  • La vulnérabilité des écosystèmes récifo-lagonaires
  • Les géosciences marines

Lire l'accord-cadre complet ou ci-après un résumé des questions de recherche et dispositifs déployés.

1. Durabilité des ressources et des agrosystèmes aquacoles

 Questions de recherche :

  • comment optimiser les élevages aquacoles ?
  • quels sont les paramètres environnementaux qui garantissent durablement un bon état santé écologique et économique du système ?

 Dispositif déployé : projet de recherche RESSAC « Ressources et écosystèmes aquacoles de Nouvelle-Calédonie »

  •  Crevetticulture, aquacultures des microalgues, diversification aquacole, biotechnologies bleues associées, soutien aux centres techniques et aux filières économiques.

2. Vulnérabilité des écosystèmes récifo-lagonaires

→ Questions de recherche :

  • Comment les écosystèmes récifo-lagonaires de Nouvelle-Calédonie s’organisent-ils et fonctionnent-ils?
  • Quels outils qui contribuent à la gestion durable des espaces marins ?

→ Dispositif déployé : projet de recherche PRÉSENCE "Pressions sur les écosystèmes récifo-lagonaires de Nouvelle-Calédonie"

  • Biodiversité marine, écosystèmes et vulnérabilités aux pressions anthropiques

 3. Géosciences marines

→ Questions de recherche

  • Quelles sont les spécificités géologiques sous-marines du Parc naturel de la mer de Corail ?
  • Quelles sont les éventuelles ressources énergétiques et minérales potentiellement exploitables ?

→ Dispositif déployé : projet de recherche « Géosciences marines » et projets liés aux campagnes en mer TECTA, VESPA et IODP 371

  • Géophysique des zones de subduction, sédimentologie