Nos partenariats institutionnels

Une partie des orientations de recherche de l’Ifremer en Nouvelle-Calédonie est élaborée en concertation avec les collectivités publiques. Cette démarche vise à répondre aux spécificités locales et besoins de développement du territoire.

Un accord-cadre en appui aux politiques publiques locales

Tous les 5 ans, l’Ifremer, l’État, les trois provinces et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie conviennent d’un accord-cadre qui contractualise leur collaboration. Cet accord-cadre définit les thématiques d’intérêt partagé et les moyens nécessaires pour mener à bien les activités de recherche.

Cet instrument stratégique sert à répondre aux problématiques locales et accompagner les politiques publiques et le secteur économique de la mer, selon une trajectoire de développement durable.

En savoir plus sur l'accord-cadre

 

Des partenaires divers

 L’Ifremer apporte son appui aux différentes autorités publiques qui sont, selon leur domaine de compétence, en charge de la surveillance de la zone économique exclusive (ZEE), de la gestion du milieu marin et du littoral, ainsi que de la valorisation des ressources naturelles. Il s'agit notamment de :

  • La province Sud, en particulier la direction du développement durable et du territoire (DDDT) ;
  • La province Nord, en particulier la direction du développement économique et de l’environnement (DDEE) ;
  • Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie : la direction des affaires vétérinaires, alimentaires et rurales (DAVAR, dont le service d’inspection vétérinaire, alimentaire et phytosanitaire (Sivap) ; la direction de l’industrie, des mines et de l’énergie (Dimenc) ; la direction des services de l’informatique (DSI) ;
  • L’ADECAL-Technopole qui gère le Centre technique aquacole de Saint Vincent (CTA) à Boulouparis et le Centre calédonien de transfert des activités marines de Foué (CCDTAM) à Koné sont chargés du transfert des résultats de la recherche vers le privé ;
  • L’Ifrecor, initiative française pour les récifs coralliens.