Retour sur la visite de Jean-Yves Perrot, PDG Ifremer

En visite sur le territoire à l’occasion du Pacific Economic Cooperation Council (PECC) qui s’est tenu du 22 au 24 novembre à Nouméa, Jean-Yves Perrot, Président-directeur général de l’Ifremer est allé à la rencontre des agents de la station de Saint-Vincent. L’occasion pour ces derniers de présenter au PDG, ainsi qu’à une délégation du PECC, les activités de soutien scientifique et technique à la filière crevetticole, ainsi que les installations expérimentales qui abritent l'unité de recherche Lagons, Ecosystèmes et Aquaculture Durable en Nouvelle-Calédonie (LEAD-NC).

Lors de son intervention le 23 novembre, le PDG s’est félicité de l’évolution physique de la station, avec des installations modernes et performantes. Il a tenu également à rassurer les agents sur la pérennité des activités liées à la crevetticulture, notamment dans le cadre de la création du futur Centre Technologique Aquacole, géré par l’ADECAL. Ce changement de gestionnaire ne remet aucunement en cause l’activité d’Ifremer, mais permettra de clarifier à terme les actions de recherche par rapport aux activités de développement économique. « Il n’y aura pas de transfert de personnel, des opportunités nouvelles s’offriront à certains. L’Ifremer s’engage à accompagner ce changement et la diversification des activités par le biais de la formation. Il faudra néanmoins envisager la mutualisation de certaines fonctions comme la maintenance des équipements ou encore le gardiennage » a précisé le PDG.

Jean-Yves Perrot a également rappelé que l’outre-mer était une chance pour l’Ifremer qui a ainsi accès à des milieux naturels d’intérêt majeur pour la recherche et le développement en matière de :

  • valorisation de la biodiversité et des ressources avec identification de nouvelles filières économiques (aquaculture, microalgues, biotechnologies énergies renouvelables,…) ;
  • mise au point de méthodes et d’outils en appui à la gestion : système d’évaluation et de suivi, gestion des Aires Marines Protégées, bases de données, indicateurs, modèles,… ;
  • prospection de ressources profondes, notamment minérales.

« L’outre-mer fait partie des priorités de l’Ifremer, c’est pourquoi j’ai créé un poste de délégué général à l’Outre-Mer et de délégué en Nouvelle-Calédonie. Le meilleur garant de la pérennité de l’Ifremer en Nouvelle-Calédonie, c’est la volonté de l’établissement et la qualité du travail. Il nous appartient de mieux faire comprendre à nos partenaires politiques et financiers, que sont les collectivités et les professionnels de la mer, mais aussi au grand public, l’intérêt et la valeur de ce que nous faisons

Après la séance de questions/réponses au cours de laquelle ont été notamment abordés l’accès à la formation et les moyens alloués, le remplacement des postes vacants, ainsi que la démarche qualité et les actions de médiation scientifique auprès des jeunes calédoniens, le PDG a pris part à la cérémonie en hommage aux deux agents de la station de Saint-Vincent récemment disparus : Jean-Michel Ranouil et Etienne Pita. Le dévoilement d’une plaque et la plantation de deux arbres, offerts par la Province Sud, en présence des familles, fut un symbole fort de solidarité et d’humanisme.

La journée s’est achevée sur un repas champêtre, convivial et familial apprécié de tous, en présence du personnel, de la délégation du PECC, d’une délégation de Wallis et Futuna, d’Alain Lazare, maire de Boulouparis et Vice-Président de la Province Sud et de Christophe Lambert, chargé de mission de la Province Sud.

Pour consultation :le programme de la mission du PDG en Nouvelle-Calédonie