Poissons adultes

Pour étudier la croissance des poissons, il est nécessaire d'identifier la pièce calcifiée qui va être utilisée mais aussi le type de préparation à réaliser. Parmi les pièces calcifiées utilisées (écaille, otolithe, illicium…), l’otolithe, concrétion de l’oreille interne, est principalement utilisé. L'otolithe a une structure tridimensionnelle propre à chaque espèce nécessitant une préparation spécifique selon l’espèce étudiée :

Ainsi, pour les principales espèces analysées chaque année au laboratoire, différentes méthodes sont utilisées :

 

1. Otolithe 

  • Observation directe : la forme des otolithes en particulier de certains poissons plats comme la plie (Pleuronectes platessa) permet de réaliser une observation directe de l'otolithe immergé dans une solution aqueuse sous une loupe binoculaire.
  • Observation après brûlage : pour certaines espèces comme les rougets barbets de roche et de vase (Mullus surmuletus ; Mullus barbatus), la qualité des observations peut être améliorée par un brûlage de l’otolithe jusqu’à la dénaturation des protéines qui prennent une couleur brune, rendant ainsi les zones de croissance hivernales (translucides) mieux visibles. Le brûlage peut est pratiqué de différentes façons, à la flamme d'un bec bunsen ou sur une plaque électrique chauffante.

Observation après inclusion en résine : les otolithes des clupéidés (hareng, sprat, sardine et anchois) sont de petite taille et sont inclus dans des moules avec de la résine Eukitt. Leur observation se fait sous loupe binoculaire en lumière réfléchie.

  • Observation de coupes fines : pour la plupart des espèces traitées au laboratoire, l'observation directe de l'otolithe ne permet pas d'identifier les structures annuelles. Les otolithes sont donc inclus dans une résine transparente pour pouvoir les couper. Une coupe transversale passant par le nucleus (centre de l'otolithe) d'épaisseur 0.4 mm est ainsi réalisée avec des tronçonneuses de précision.

Les lames minces ainsi obtenues sont observées sous loupe binoculaire en lumière réfléchie ou transmise permettant de dénombrer les structures annuelles. Ce mode de préparation est utilisé pour le merlan (Merlangius merlangus), le merlu (Merluccius merluccius), le lieu noir (Pollachius virens), la limande sole (Microstomus kitt)…

Observation de coupes fines après coloration : pour certaines espèces, les coupes fines d’otolithe sont préalablement colorées avant l’observation. Ces colorants peuvent permettre de révéler des lignes chromophiles.

  • Observation de coupes très fines : le procédé est le même que celui décrit précédemment mais l'épaisseur de la coupe est plus faible, de l'ordre de 0.2 mm

Les coupes très fines sont nécessaires pour pouvoir observer la croissance de certains poissons comme le grenadier de roche (Coryphaenoides rupestris) qui a une durée de vie très longue, de l’ordre de 60 ans.

2. Ecaille

  • Observation directe : les écailles de bar (Dicentrarchus labrax), de daurade royale (Sparus aurata) et de saumon (Salmo salar) sont observées directement immergées dans une solution aqueuse sous une loupe binoculaire.

3. Illicium

  • Observation de coupes fines : l’illicium ou filament pêcheur des baudroies (Lophius sp.) nécessite de réaliser une coupe fine comme le procédé précédemment décrit pour la plupart des otolithes. 

 4. Opercule

  • Observation directe : une partie des opercules permettant d’estimer l’âge sont observés directement immergées dans une solution aqueuse sous une loupe binoculaire.

Pour plus d’informations :

 

-          Mahé, K., Bellail, R., Dufour, J.L., Boiron-Leroy, A., Diméet, J., Duhamel, E., Elleboode, R., Félix, J., Grellier, P., Huet, J., Labastie, J., Le Roy, D., Lizaud, O., Manten, M.L., Martin, S., Metral, L., Nédelec, D., Vérin, Y., Badts, V., 2009, Synthèse française des procédures d'estimation d'âge, Rapport Ifremer, 78p (http://archimer.ifremer.fr/doc/00000/7294/)

-          Mahé, K., Bellail, R., Dufour, J.L., Boiron-Leroy, A., Diméet, J., Duhamel, E., Elleboode, R., Félix, J., Grellier, P., Huet, J., Labastie, J., Le Roy, D., Lizaud, O., Manten, M.L., Martin, S., Metral, L., Nédelec, D., Vérin, Y., Badts, V., 2009, French summary of age estimation procedures, Rapport Ifremer, 79p. (http://archimer.ifremer.fr/doc/00000/7294/)

-          Mahe, K., Rabhi, K., Bellamy, E., Elleboode, R., Aumond, Y., Huet, J., & Roos, D. (2016). Comparison between the opercular bones, the scales and the otoliths to investigate the growth of the brilliant pomfret (Eumegistus illustris) off the coast of Reunion Island (SW Indian Ocean). International Journal of Fisheries and Aquatic Studies, 4(1 Part C), 176-179.