NOURSEINE

Les habitats estuariens-côtiers sont des zones parmi les plus productives de l'océan, et colonisés par les juvéniles de nombreuses espèces de poissons marins dites « nourricerie dépendantes ». Cette étape de leur cycle de vie est caractérisée par une forte croissance et une mortalité supérieure à celle des adultes. Ainsi, la fonction de nourricerie d'un habitat est définie par sa capacité à maximiser la croissance et la survie des juvéniles de poissons. La qualité et la disponibilité de ces habitats spécifiques ont une influence directe sur le succès reproducteur des espèces, jouant ainsi un rôle clé dans le renouvellement des stocks.

La campagne NOURSEINE assure le suivi des populations halieutiques des nourriceries de la baie de Seine orientale et de l'estuaire de Seine, un habitat estuarien-côtier (Figure 1). La campagne a lieu au mois de Septembre, période à laquelle les juvéniles de l’année atteignent une taille suffisante pour être capturé par l’engin de pêche dédié, un chalut à perche de 10 mm de maille étirée. Ces nourriceries ont fait l'objet d'un suivi historique de 1995 à 2002 puis de 2008 à 2010 (Figure 2). Le suivi annuel sera assuré de 2017 à 2019 dans le cadre du FEAMP, en partenariat entre IFREMER et le CRPMEM de Normandie. A terme, il est envisagé de pérenniser la campagne dans le cadre de la mise en œuvre de la DCSMM.

 

L'estuaire de la Seine et la baie de Seine orientale assurent une fonction de nourricerie pour les espèces halieutiques emblématiques de la Manche (sole, plie, merlan, bar, tacaud, crevette grise). Les projets de recherche antérieurs ont permis de définir une typologie des communautés piscicoles en baie de Seine orientale et en estuaire de Seine, d’améliorer la connaissance de l’utilisation de la nourricerie pour trois espèces de poissons plats (sole, plie et petite sole jaune), d'estimer la contribution de la baie de Seine au renouvellement du stock de sole en Manche Est, et d'identifier et quantifier les facteurs explicatifs de l'évolution des densités de poissons utilisant le secteur en aval du pont de Tancarville comme nourricerie.

Les objectifs du projet NourSeine (FEAMP, 2017-2020), associé aux campagnes de suivi de la nourricerie, se déclineront selon 2 axes : (1) Améliorer la connaissance des zones fonctionnelles halieutiques en baie de Seine orientale et estuaire de Seine en assurant la pérennité de la série de données historique, et (2) Estimer la croissance journalière moyenne des juvéniles. Ces différents objectifs seront développés au travers d’une thèse qui portera sur une approche phénoménologique de la fonction de nourricerie pour remonter jusqu’à la gestion des stocks de pêche, en utilisant l’ensemble des jeux de données relatifs aux conditions abiotiques et biotiques disponibles et en lien avec la notion d’habitat préférentiel des espèces (insérer un lien hypertexte vers la page du projet). Un stage de Master 2 est également prévu qui sera réalisé au CRPMEM de Normandie, et dont le sujet sera orienté pour répondre aux besoins la profession en termes d’évolution des pêcheries à l’échelle locale.