ROCCH : Réseau d'Observation de la Contamination CHimique du littoral

Ce réseau est le principal outil de connaissance des niveaux de contamination chimique du littoral et de leur évolution dans le temps. Le ROCCH  repose sur la réalisation de prélèvements et d'analyses dans les coquillages qui concentrent les contaminants et dans les sédiments fins sur lesquels ces contaminants peuvent être piégés. En fonction des objectifs poursuivis (observatoire scientifique, demandes réglementaires environnementales, demandes réglementaires sanitaires) des métaux traces (Cd, Pb, Cu, Zn, Ni, Hg, Cr, Ag), des Hydrocarbures poly-aromatiques (HAPs), des polychlorobiphényles (PCBs), des dioxines, des pesticides, etc. sont mesurés.

Créé en 1974, le RNO est devenu le ROCCH en 2008 et s'est adapté aux enjeux sociétaux à la fois dans la liste des molécules suivies afin de respecter les nouvelles normes de l’environnement et dans le choix des points suivis. Depuis ses débuts, le ROCCH fournit les données de la contamination chimique côtière dans le cadre des engagements français (convention de mers régionales,  directives européennes). Depuis 2008 il participe également au classement sanitaire des zones d’exploitation conchylicoles (voir REMI) à travers les marqueurs de qualité pertinents : le cadmium, plomb et mercure, 4 HAPs prioritaires, 18 PCBs et 17 dioxines. Les points suivis et les espèces de mollusques échantillonnées ont été revus en 2016 afin d’être plus représentatifs de toutes les zones de production et des taxons commercialisés. Ainsi, depuis  2017 une nouvelle grille d’échantillonnage est appliquée en adaptant la fréquence de prélèvement et Ifremer en assure toujours le pilotage et la mise en œuvre.

Par ailleurs, les échantillons collectés alimentent également la banque d'échantillons lyophilisés, au service de la communauté scientifique.