Directive Cadre sur l'Eau (DCE)

La Directive Cadre sur l’Eau 2000/60/CE s’applique à l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne et établit un nouveau cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau en vue d’une meilleure gestion des milieux aquatiques. Elle fixe comme objectif général l’atteinte, au plus tard en 2027, d’un bon état écologique et chimique des masses d’eau souterraines et de surface, ces dernières incluant les eaux côtières et de transition (estuaires en particulier mais aussi lagunes). Un état d’avancement de la mise en œuvre de cette directive est réalisé par cycle de 6 ans en lien avec la mise en œuvre des Schémas Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) dans chaque bassin hydrographique et des plans de gestion et de mesures associés.

L’Ifremer a ainsi en charge, par le biais des agences de l’eau et de l’AFB, de la qualification des eaux littorales et des eaux de transition. Dans le cadre de cette directive, l’état écologique doit être évalué et surveillé à travers des indicateurs biologiques qui sont, pour le milieu marin, le phytoplancton et le phytobenthos (ensembles des organismes végétaux du benthos : diatomées), les algues macroscopiques et les angiospermes, la faune benthique invertébrée et l’ichtyofaune (poissons). La mise en œuvre des programmes de surveillance de plusieurs indicateurs ne relèvent cependant pas de la responsabilité directe de l’Ifremer.

C’est le cas des macroalgues opportunistes (bloom) et les macroalgues fixées intertidales et subtidales de la Manche-Atlantique, des poissons en Manche-Atlantique, des macroalgues et des angiospermes en Méditerranée dont le suivi est directement opéré respectivement par le CEVA, le MNHN, l’IRSTEA, le MIO et Andromède Océanologie. Par contre, l’Ifremer a toujours en charge le suivi des macroalgues dans les eaux de transition en Méditerranée ainsi que la maitrise d’œuvre du suivi des zostères et des invertébrés benthiques des eaux côtières de de la Manche-Atlantique.

Tous les LERs sont impliqués dans la mise en œuvre de la DCE dans le cadre des travaux de coordination qu’ils assurent comme correspondants régionaux des cinq Agences de l’Eau concernées (Artois Picardie, Seine Normandie, Bretagne, Adour Garonne, Rhône Méditerranée Corse) et de la mise en œuvre opérationnelle des réseaux de surveillance dont l’Ifremer a la responsabilité au niveau national. Les LERs assurent également la conduite des travaux en hydrologie (température, salinité, transparence, bilan d’oxygène, concentrations en nutriments) intervenant dans l’évaluation de l’état écologique en soutien à la biologie et la mise en œuvre opérationnelle du suivi de la qualité chimique des eaux à travers les réseaux ROCCH et RINBIO : http://envlit.ifremer.fr/surveillance/directive_cadre_sur_l_eau_dce/presentation