Année 2010

Avec un gain de poids de 34.2 g et 22.1 g respectivement sur D'Agnas et Loix en Ré, la croissance des huîtres de "18 mois" est bonne sur le bassin de Marennes-Oléron en 2010, à comparer aux moyennes décennales respectives de 23.2 g et 19.6 g. Pour le naissain, la croissance s'avère mauvaise sur Loix en Ré et conforme à la moyenne décennale sur D'Agnas (14.5 g vs 20.5 g de moyenne sur Loix en Ré, et 24.0 g vs 22.7 g sur D'Agnas). La mortalité constatée sur le naissain peut avoir une influence sur le suivi de croissance de cette classe d'âge.

La mortalité démarre brutalement fin mai sur le naissain sur le site de D'Agnas pour atteindre 67.4 % au 14 juin pour le naissain de captage. La mortalité se stabilise à partir de la fin du mois de juin, mais reste latente et atteint 75.4 % en décembre.

A la date de survenue de la mortalité, la température de l'eau est proche de 18 °C, après une élévation qui s'est produite depuis le 15 mai. La température de 16 °C, considérée comme la température seuil ouvrant la fenêtre de risque, est dépassée le 22 mai.

Sur Ré, la mortalité du naissain suit le même schéma que sur D'Agnas, mais avec une montée plus modérée de la mortalité qui atteint 50.6 % le 15 juin. Cette mortalité se poursuit durant le mois de juillet pour atteindre 67.5 % en décembre.
La température est proche de 18.5 °C lors de l'observation du pic de mortalité, L'élévation de la température de l'eau est similaire à celle du point D'Agnas, et la température de 16 °C est dépassée le 21 mai.
Ces valeurs sont à rapprocher des valeurs nationales de mortalité relevées dans le cadre de l'observatoire conchylicole qui sont de 72.5 % ± 8.7 % pour le naissain de captage et de 6.2 % ± 2.5 % pour le "18 mois".

Au plan national
Comme en 2009, les surmortalités ont touché tous les bassins ostréicoles au cours de l'année 2010. La moyenne nationale des taux de mortalité touchant le naissain de Crassostrea gigas a atteint 71 % en décembre 2010.


Mortalités cumulées du naissain et du "18 mois" observées sur le réseau de l'observatoire national conchylicole
Après avoir démarré fin avril 2010 en Méditerranée, le phénomène a touché l'ensemble des bassins ostréicoles de la façade Atlantique à la Bretagne nord en une seule vague début juin, en suivant l'élévation de la température de l'eau de mer à 16 °C. Le phénomène est ensuite très rapidement apparu en Normandie dans la 2ème quinzaine de juin, d’abord sur la côte ouest Cotentin puis sur la côte est, en baie des Veys. Comme en 2009, les sites de Morlaix (Bretagne nord) et de la baie de Quiberon (site en eau profonde, en Bretagne sud) ont été les derniers touchés fin juillet-début août.

Mortalités moyennes du naissain par site en 2010, comparées aux mortalités des années précédentes
(Nota: les données antérieures à 2009 sont issues du réseau REMORA et ne portent que sur du naissain de captage)

Les prélèvements effectués sur les stations de l'observatoire dans le cadre du réseau de pathologie des mollusques REPAMO font état de la présence du pathogène OsHV-1 (herpes-virus de l'huître) et de son génotype OsHV-1 µvar dans 100 % des échantillons analysés. La souche bactérienne Vibrio splendidus a également été détectée dans 94 % des échantillons analysés dans le cadre de l'observatoire.