Descripteurs de ponte

La saisonnalité de reproduction de l'huître peut être estimée à partir de l'indice relatif d'abondance des jeunes larves.

Selon les années, la saison de ponte présente un ou plusieurs pics, démarre plus ou moins tôt et s'étale plus ou moins dans le temps (figure 1).

 

 

 

 

  figure 1

Abondance de captures des jeunes larves de C.gigas (cg) dans le sud du bassin de Marennes-Oléron.

Exemple sur quelques années.

Selon les années, les pontes majeurs sont au nombre de 1 , 2 , 3 ou 4 ; plus souvent au nombre de 2 pour C. gigas et de 3 ou 4 pour C. angulata (figure 2).

figure 2

Fréquence des pontes annuelles comparée entre C.angulata (ca) et C.gigas (cg) dans le Bassin de Marennes-Oléron entre 1950 et 2000.

 La saison de ponte est centrée sur la fin juillet et le début août pour C. gigas et sur la 3ème semaine de juillet pour  C. angulata (figure 3).

figure 3

Saison de ponte comparée entre C.angulata (ca) et C.gigas (cg) dans le Bassin de Marennes-Oléron
entre 1950 et 2000.

L'effectif de larves de 1-4 jours pêchées dépasse 2 106 larves de Crassostrea angulata en 1962 et 1969 et 3,5 106 larves de Crassostrea gigas en 1983 et 1991.

Les indices d'abondances calculés à partir des pêches de larves de 1-4 jours montrent des différences interannuelles importantes dans l'effort de reproduction des huîtres dans le Bassin de Marennes-Oléron (figure 4).

 

figure 4

Pêche de larves de 1-4 jours de Crassostrea angulata et Crassostrea gigas entre 1949 et 1999