Projet Baie de l’Aiguillon (2017-2020)

Contexte de l’Étude et Principaux Objectifs

   Les environnements côtiers sont des systèmes clés dans le couplage des cycles biogéochimiques entre les continents, les océans et l’atmosphère (Aufdenkampe et al., 2011). Ces systèmes reçoivent de grandes quantités de nutriments (N, P, C et Si) apportées par les bassins versants influençant directement la production primaire, la structure du réseau trophique et la qualité des écosystèmes côtiers (Caraco and Cole, 1999). Leur statut de zone d’interface les expose ainsi aux pressions naturelles mais aussi anthropiques (pollution, acidification, eutrophisation, anoxie) pouvant conduire à une réduction de la biodiversité au sein de ces systèmes (Howarth et al., 2011 ; Sunda and Cai, 2012).

Le projet Baie de l’Aiguillon (2017-2020) est né d’une demande d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) formulée par l’ONCFS et l’EPMP sur les aspects de gestion qualitative et quantitative de l’eau (Plan de gestion 2013-2022 de la RNN, Joyeux et Corre, 2013). En réponse, l’Ifremer a développé un projet de recherche et d’étude scientifique concernant la dynamique spatio-temporelle du carbone et des nutriments le long du continuum terrestre-aquatique Marais poitevin-Baie de l’Aiguillon-Pertuis Breton (MP-BA-PB) ainsi que les flux terrestres associés et leurs influences potentielles sur la Baie. Le financement du projet a été acquis par les bénéficiaires coordinateur du projet européen LIFE14-NAT_FR_000669 (Syndicat mixte du Parc interrégional du Marais poitevin) et associés (LPO et ONCFS) ainsi que par l’IFREMER, l’EPMP et l’ AELB. Ce projet porté par le LERPC a été validé scientifiquement par l’unité Littoral dont dépend le laboratoire ainsi que par le département ODE (Océanographie et Dynamique des Ecosystèmes) et la direction scientifique de l’Ifremer. En plus, une convention de collaboration de recherche (ONCFS/LPO/EPMP/IFREMER) ainsi que deux conventions financières (ONCFS/IFREMER et EPMP/IFREMER) cadrent le projet du point de vue administratif, juridique et financier.

Les objectifs principaux du projet sont de mieux comprendre la dynamique du carbone et de nutriments (N, P, Si) dans les différentes masses d’eau contrastées du continuum étudié (eaux terrestres et côtières), en termes de variations spatio-temporelles, de facteurs de contrôle associés et de flux terrestres alimentant la Baie.

 

Site d’étude et stratégie d’échantillonnage

Le continuum MP-BA-PB est une zone d’interface hétérogène peu étudiée aux enjeux socio-économiques locaux forts: (i) MP: 1000 km2, Natura 2000, (façade littorale/prairies naturelles cultures/zone interne) connectées par le réseau hydrologique anthropisé (ii) BA: RNN, 80 km2, zone estuarienne connectée à 6350 km2 de BV et (iii) PB: 425 km2, 4.92 millions m3, 13.8 m profondeur, sites mytilicoles (13,058 tonnes, 17% volume français) -> mortalités depuis l’hiver 2014 (Polsenaere et al., 2017).

 

Au total, 8 points sont échantillonnés sur 2 ans toutes les 2 semaines: (i) les 5 points « BV » (a, b, c, d et e) en sub-surface à BM et (ii) les 3 points « côtiers » (f, g et h) en S/F à HM; paramètres mesurés: T, S, O2d, conductivité; NH4+, NO2-, NO3-, PO43-, SiO2; MES, Chl a; COD, TA, pH; pCO2 (DIC) -> estimées avec CO2 System Calculations (Lewis et Wallace, 1998). Les prélèvements in situ et les analyses en laboratoire sont réalisées par le LEAV (Laboratoire de l'Environnement et de l'Alimentation de la Vendée). Une collaboration avec l’UBX et ULR est en cours de montage concernant les mesures du COP/NOP (prévues initialement dans le projet) et isotopiques (d13C-COP, d15NOP, C/N) associées.

 

En parallèle: des mesures quantitatives de débit avec installations de courantomètres sur les 5 exutoires (a, d en continu; b, c et e en ponctuel) (https://ebvba.ifremer.fr) en plus de mesures HF STPS (10 min.) sont réalisées afin d’évaluer les volumes entrants et flux de carbone et nutriments alimentant la Baie et le Pertuis. L’installation des différents courantomètres est réalisée par la société ACRI-HE (Lay et Sèvre) et le LERPC (chenaux) et les jaugeages par la société I-SEA (Lay et Sèvre) et le LERPC (chenaux).

Liens et informations utiles

Lannuzel Reva (2018).  Dynamique du carbone et des nutriments dans la zone côtière Baie de l'Aiguillon-Pertuis Breton et influence des apports terrestres du bassin versant du Marais poitevinhttp://archimer.ifremer.fr/doc/00445/55647/

https://life.reserve-baie-aiguillon.fr/2017/07/21/chroniques-estuariennes-lettre-dinfo-life-baie-de-laiguillon/   (Lettre d’info n°3)

https://life.reserve-baie-aiguillon.fr/etude-eau-action-6-du-life/

https://life.reserve-baie-aiguillon.fr/2017/07/21/chroniques-estuariennes-lettre-dinfo-life-baie-de-laiguillon/

https://w3.ifremer.fr/archimer/doc/00352/46362/ (Oral)

http://archimer.ifremer.fr/doc/00405/51629/ (Poster)

http://archimer.ifremer.fr/doc/00393/50487/ (mémoire de stage de Master 2 GEEL (ULR) au LERPC, janvier-juin 2017).