Modélisation des habitats benthiques sensibles en Manche

L’augmentation des pressions anthropiques sur le milieu marin, ainsi que la nécessité d’une gestion durable des ressources marines ont souligné le besoin de cartographier et de modéliser les environnements côtiers, notamment dans le but de gestion spatialisée et pour la mise en place d’une gestion intégré basée sur l’écosystème. L’étude présentée compare les données d’un modèle des Habitats Benthiques Sensibles (HBS) avec la structure, la composition et la distribution des invertébrés benthiques en Manche Orientale et dans le sud de la Mer du Nord. Un indice de perturbation au chalutage (TDI -Trawling Disturbance Indicator, Fig. 1), construit à partir des traits d’histoire de vie des espèces et de la composition des communautés benthiques, a été calculé à partir de données issues des campagnes de chalutage scientifique (IBTS, CGFS). Ce TDI est fortement corrélé au HBS, ce qui valide l’hypothèse des processus naturels influant sur la sensibilité. Le HBS reflète un potentiel environnemental, qui n’est peut-être plus observable en tant que tel. Les différences entre les observations biologiques in situ et le modèle peuvent être en partie expliquées par la distribution de la pression de pêche sur les fonds marins. Ces analyses peuvent être traduites en termes de gestion. Il est suggéré, que combiné avec le TDI, le HBS puisse servir à gérer la surveillance en évaluant la différence entre l’état des lieux actuel et le statut présumé optimal des habitats benthiques marins.