Importance trophique du benthos en Manche.

La compréhension du cheminement de la matière organique au sein des réseaux trophiques est rendue indispensable par la volonté actuelle d’une approche intégrée de l’étude des écosystèmes marins. La Manche Est, mer mégatidale, apparait comme un système où cette question est cruciale. Les travaux initiaux utilisant les isotopes stables du carbone et de l’azote ont en effet montré que la production benthique est une source significative de matière organique alimentant l’assemblage de poissons. La profondeur joue également un rôle, puisqu’elle contrôle l’intensité du couplage bentho-pélagique: en zone peu profonde, l’ensemble des espèces dépendent des sources benthiques et pélagiques alors qu’un découplage a lieu lorsque la profondeur augmente (Kopp et al. 2015). La discrétisation de l’assemblage en groupes fonctionnels basés sur les contenus stomacaux a permis de confirmer cet effet de la profondeur, modulé par les comportements différents des espèces entre les groupes (Giraldo et al. 2017 ; Fig. 1). La prise en compte de la biomasse relative des espèces permet également de représenter les flux réels, et de confirmer la prédominance trophique de la voie benthique. Le fonctionnement trophique en Manche est donc extrêmement particulier, au regard de celui des autres façades maritimes françaises, et plutôt comparable à celui des grands lacs. Ces résultats ouvrent désormais la voie à de nouveaux travaux, utilisant de nouveaux traceurs du couplage (contaminants chimiques par exemple) ou des modèles développés sur la Manche Est. Ils plaident également pour une meilleure compréhension des flux alimentant la base des réseaux trophiques, aussi bien dans les domaines pélagiques (zooplancton) que benthiques (invertébrés benthiques).

 

Kopp et al. 2015. Reorganization of a marine trophic network along an inshore–offshore gradient due to stronger pelagic–benthic coupling in coastal areas. Prog Oceanog 130, 157–171. doi:10.1016/j.pocean.2014.11.001

Giraldo et al. 2017. Depth gradient on the resource use of a fish community from a semi-enclosed sea. Limnol. Oceanogr. doi:10.1002/lno.10561