Comprendre la structure et la dynamique du phytoplancton en réponse aux forçages naturels et anthropiques, et contribuer au développement des outils d’analyses automatisées. Vers un Système Intégré d’Observation. Zoom sur Phaeocystis globosa.

Les écosystèmes marins sont soumis à des pressions d’origine anthropique très importantes depuis ces dernières décennies. Les apports excessifs de nutriments vont impacter directement le phytoplancton et indirectement d’autres niveaux trophiques, compromettant ainsi les biens et services écosystémiques. C’est l’eutrophisation, phénomène répandu à l’échelle mondiale. La Manche orientale et la baie sud de la mer du Nord sont marquées par des proliférations massives de Phaeocystis globosa qui aboutissent au développement d’une mousse abondante et nauséabonde sur le littoral, comme à des dysfonctionnements des écosystèmes. Ces dernières années sont également marquées par la prolifération d’autres taxons potentiellement nuisibles, ainsi que par des modifications plus générales de la structure et de la dynamique de la communauté phytoplanctonique. Cette communication présentera les travaux du laboratoire en matière de structuration, de développement et à de mise en œuvre d’un système intégré couplant les stratégies conventionnelles basses fréquences à des stratégies de mesures à haute fréquence via des systèmes instrumentés automatisés. Ces systèmes sont associés à des outils numériques de traitements et d’analyses des données qui permettent d’améliorer les connaissances quant à la structure et la dynamique du phytoplancton en réponses aux forçages naturels et anthropiques. L’objectif à court terme est de définir puis de prédire des états environnementaux multicritères afin de mettre en œuvre une stratégie adaptative de l’échantillonnage pour l’observation, la surveillance, la recherche et la gestion de l’environnement. Sur la base de séries à long-terme acquises à basse comme à haute fréquence et, grâce à cette approche intégratrice et multi-paramètre, une synthèse des schémas de variabilité saisonnière et pluriannuelle, ainsi qu’un bilan des ruptures et des tendances observées pour les concentrations de nutriments, la biomasse et la composition du phytoplancton sera proposée. Ces schémas permettent d’identifier les facteurs de contrôles proximaux et distaux des efflorescences, ainsi que leurs effets directs et indirects en Manche orientale - baie sud de la mer du Nord.