Bilan des acquisitions d’images d’otolithes à bord des campagnes halieutiques

Depuis 2007, les pièces calcifiées prélevées par le personnel de l’IFREMER sont traitées au pôle national de sclerochronologie à Boulogne-sur-mer. Ce pôle s’inscrit dans une démarche qualité se traduisant par une image standardisée, calibrée et interprétée de chaque pièce calcifiée traitée. Les otolithes sont prélevés afin d’estimer l’âge des poissons et ainsi fournir des données pour les évaluations de stocks des espèces commerciales. Pour les espèces de petits pélagiques, il est nécessaire de fournir les données d’âge directement aprés la campagne. L’intérêt est donc de pouvoir réaliser et traiter toutes les images des otolithes à bord des bateaux, de pouvoir travailler avec les mêmes critères qu’au laboratoire tout en respectant ces délais très courts et d’avoir un archivage numérique directement après la campagne scientifique. Pour se faire, plusieurs problématiques sont importantes à prendre en considérations. La première est de minimiser le temps dédiée à ce travail à bord.Pour répondre à cela, l’acquisition automatique des otolithes se développe, et sera opérationnelle d’ici 2020. Après quelques tests lors de l’IBTS 2018, du matériel dédié aux acquisitions d’images, et adapté au problème de mouvements du navire, a été mis en place. La dernière problématique était de trouver le personnel pouvant embarquer et ayant les compétences pour ce travail. Depuis 2018, , 2 techniciens du pôle de sclerochronologie embarquent chaque année sur les campagnes IBTS, PELGAS et PELMED afin de réaliser ce travail. Les images faites à bord sont de bonne qualité ce qui permet donc leurs interprétations (Figure 1). Cependant, certaines techniques de préparation et d’acquisition d’images sont encore à améliorer car elles sont soit chronophages, soit d’une qualité insuffisante pour l’archivage ou l’interprétation de l’âge.