Qualité des eaux littorales en Loire-Bretagne : un défi pour 2015

Pourquoi surveille-t-on les eaux du littoral ?

L’eau est vitale pour toutes les activités humaines. Il est prioritaire de stopper la dégradation des milieux aquatiques, et la mer ne fait pas exception à la règle. Le littoral, en particulier, est le réceptacle de nombreux polluants issus des rivières. Pour des raisons environnementales et sanitaires, la qualité des eaux littorales doit être surveillée en permanence.

Que signifie le "bon état" des eaux?
En termes simples, une eau en "bon état" c'est :

  • une eau qui permet une vie animale et végétale riche et variée,
  • une eau exempte de produits toxiques,
  • une eau disponible en quantité suffisante pour satisfaire tous les usages.

La DCE considère la qualité de l’eau sous l’angle environnemental. L’aspect sanitaire est pris en compte par d’autres directives qui s’intéressent en particulier à la baignade et à la qualité sanitaire des coquillages. La DCE impose aussi que ces directives soient respectées dans les mêmes délais.

En savoir plus 

La Directive européenne Cadre sur l’Eau (DCE) a vu le
jour dans ce contexte. Adoptée en 2000, elle fixe l’objectif
d’atteindre le « bon état » des eaux du littoral pour 2015.
Pour cela, les Etats de l’Union Européenne se sont
engagés à préserver et à améliorer la qualité existante,
mais aussi empêcher toute dégradation supplémentaire.

Afin de suivre année après année l’évolution de la qualité
de l’eau vers le « bon état », la DCE intègre une surveillance
régulière. Sur le littoral du bassin Loire-Bretagne, du
Mont-Saint-Michel à l’île de Ré, cette surveillance est mise
en œuvre par l’Ifremer et l’agence de l’eau Loire-Bretagne.
Les observations et les mesures y sont réalisées au sein
de 69 étendues d’eau, appelées « masses d’eau ». Les
résultats 2010 de la surveillance DCE ont ainsi montré que
70% des eaux littorales en Loire-Bretagne sont en
« bon état ».)