Salpes

Deux internautes nous ont signalé la présence de sortes de rubans gélatineux évoluant en pleine eau ou près de la côte, autour du 6-7 octobre 2007
Les photos qu'ils nous avaient jointes faisaient penser à des colonies d'animaux planctoniques proches des thaliacés

Stéphane Gasparini, responsable du Service d'Observation Zooplancton, à l'Observatoire Océanologiqe de Villefranche sur Mer, a pu déterminer ces organismes sur la série de photos prises le long des côtes de Belle-Ile (ci-contre et ci-dessous). Il s'agit de salpes du genre Pegea appartenant effectivement à la classe des thaliacés. L'espèce supposée étant Pegea bicaudata.

Les thaliacés sont des organismes planctoniques appartenant à l'embranchement des tuniciers (procordés) qui bien que d'aspect rudimentaire sont, dans l'évolution, plus proches des vertébrés que les mollusques et les crustacés.

La photo ci-dessus, prise au large de Quiberon par l'autre correspondant, laisse penser à des organismes de la même famille, sans pouvoir affirmer toutefois qu'ils appartiennent au même genre.

Un peu de biologie

Les salpes, ici concernées, sont des organismes particuliers qui présentent deux types de reproduction : une reproduction asexuée et une reproduction sexuée.

Les individus asexués sont solitaires (forme oozoïde) et possèdent un stolon qui bourgeonne pour donner de multiples individus sexués en chaîne( forme blastozoïde). Ces derniers donnent généralement chacun un seul oeuf qui une fois libéré redonne un individu asexué.

Les salpes se nourrissent de phytoplancton (microalgues) par filtration de l'eau de mer.

En savoir plus sur l'Observatoire de Villefranche

En savoir plus sur le plancton au travers du dossier plancton de la rade de Villefranche sur Mer

Des observations simultanées

Bien que non exceptionnnelle, la présence des ces organismes nous est signalée pour la première fois et nous n'avions pas eu l'occasion d'en remarquer en plongée ces dernières années. Leur abondance semble avoir été importante mais fugitive.

A la même période et dans le même secteur, une fausse alerte au dégazage d'hydrocarbures a été rapportée par le journal Ouest-France suite à un signalement transmis à la préfecture maritime (OF des lundi et mardi octobre 2007).

Une vedette des gendarmes maritimes a été dépêchée sur place ainsi qu'un avion de la Base aéronavale de Lann-Bihoué. Ce dernier a pu prendre des photos de 2 "traînées" de plusieurs km de long dont celle reproduite ci-contre.

La piste hydrocarbures a été écartée sans que l'origine des traînées ait pu être déterminée.

La simultanéité des observations permet d'émettre l'hypothèse d'un développement très important de colonies de salpes dont l'aspect irisé a pu entraîner la confusion avec des hydrocarbures. Ce développement serait à mettre en rapport avec les conditions environnementales particulières de cet automne : les conditions anticycloniques de longue durée ont pu entraîner des arrivées d'eaux profondes et/ou du large qui favorisent souvent la stratification des masses d'eau et l'apparition de structures frontales ou de zones de convergences.

Cela se rapproche des phénomènes de "slicks" dont Michel Houdart nous explique les différentes origines : slicks