Clapage des sédiments portuaires

Suivi des opérations de dragage et clapage de sédiments portuaires en mer

Contexte

Les structures portuaires sont le plus souvent établies dans des zones où la profondeur d'eau est relativement faible, telles que les estuaires. Par conséqeunt, il est indispensable de réaliser des dragages afin de permettre aux bateaux d'accéder aux quais. Ces dragages sont effectués au moment de la construction du port, mais également de façon périodique pour enlever les sédiments qui se sont accumulés dans les chenaux et les darses (dragages d'entretien). Même si la pratique des dragages n'est pas à remettre en cause, elle ne peut être poursuivie qu'en prenant en considération les contraintes de préservation des écosystèmes côtiers. En effet, il est reconnu que les immersions sont une voie de transfert des contaminants vers le milieu marin : il convient donc de prendre les dispositions nécessaires afin d’en limiter les impacts sur les écosystèmes

Objectifs

En raison de ce risque de contamination, les travaux de dragage et de clapage de sédiments portuaires en mer sont très encadrés. Le laboratoire Ifremer de la Trinité participe aux suivis mis en œuvre pour évaluer l’impact de ces travaux et le risque potentiel de contamination du milieu marin.

Mise en oeuvres

Les suivis portent essentiellement sur les problèmes de turbidité (diminution de la transparence de l’eau), de la contamination microbiologique et de la contamination chimique. Pour l’évaluation de la contamination chimique et microbiologique, les suivis sont réalisés principalement sur les coquillages et les sédiments qui intègrent puis concentrent les contaminants. Les principaux contaminants chimiques recherchés sont les métaux lourds, les hydrocarbures polyaromatiques (HAP) et les PCB (polychlorobiphényles). Les suivis nécessitent parfois l’immersion de coquillages à proximité du site d’immersion (technique du caging). Les résultats sont toujours confrontés à ceux obtenus sur une station de référence, hors zone d’influence des travaux.

Résultats

Les résultats des études sont publiés dans des rapports disponibles auprès des maîtres d’ouvrage (L’Institut d’Aménagement de la Vilaine, la Région Bretagne, la SAGEMOR..). Seuls les sédiments non contaminés ou très faiblement contaminés sont autorisés à être clapés en mer, les sédiments contaminés étant traités à terre (port de Lorient, port de Vannes par exemple). De fait, les résultats des suivis mis en œuvre ne mettent pas en évidence de contamination significative du milieu.
Exemple  : résultat du suivi des concentrations d’un HAP représentatif, le fluoranthène, sur les stations de surveillance à proximité du site d’immersion au large de Groix et sur les stations à terre depuis 2004.