Réseau Estuaire Loire

Un réseau en continu dans l'estuaire de la Loire

Au XIXème et au XXème siècle, des travaux importants ont été entrepris dans l'estuaire de la Loire pour permettre aux navires de remonter jusqu'à Nantes. La nouvelle géométrie de l'estuaire de la Loire a modifié son fonctionnement et ses équilibres hydrodynamiques, sédimentaires et écologiques. Ceci a engendré des problèmes importants :

  • abaissement de la ligne d'eau d'étiage,
  • triplement de volume et remontée vers l'amont du bouchon vaseux et du front de salinité,
  • réduction de la surface des vasières.

Dans le cadre du « Programme Interrégional Loire Grandeur Nature » (PILGN), une démarche a été confiée au GIP Loire Estuaire pour réfléchir aux moyens d'améliorer de façon durable le fonctionnement de l'estuaire. L'un d'eux est l'implantation, avant la fin de l'année 2006, d'un réseau de mesures en continu entre Saint Nazaire et l'amont de Nantes.

Deux laboratoire de l'Ifremer (LER/MPL et TSI/SI) ont été sollicités par le GIP Loire Estuaire, comme assistants à maîtrise d'ouvrage, pour l'aider à définir le cahier des charges d'un tel réseau de mesures. Le travail a consisté à rencontrer les différents organismes concernés par l'implantation de ce réseau, afin de leur présenter les objectifs et de recenser leur besoins en terme de suivi de paramètres et d'emplacement des stations.

Les stations de mesures

Le GIP a établi une liste de sites et de paramètres à suivre

Il existe deux types de systèmes possibles pour mesurer des paramètres "classiques" :

  • une station "estuarienne" associant un système de prélèvement et des capteurs, permettant éventuellement de stocker de l'eau en vue d'analyse ultérieure.
  • une sonde multiparamètres immergée.

La sonde multiparamètres est légère et compacte mais on ne connaît pas, à l'heure actuelle, sa fiabilité à long terme et elle doit éventuellement être équipée, en eau saumâtre, d'un système antifouling qui est énergivore.

La station estuarienne utilise des capteurs industriels rustiques et robustes facilement nettoyables. Les capteurs sont changés tous les trois mois pour être nettoyés et pour vérifier qu'ils n'ont pas dérivé.

Ce qui est innovant en Loire

Au Pellerin, point névralgique du système, il est souhaité de pouvoir suivre la turbidité et l'oxygène dissous à proximité du fond du fleuve en complément des mesures en subsurface faites sur tous les sites. La solution proposée est de remplacer le rejet du circuit d'eau de mer par une crépine posée au fond du fleuve et d'inverser le sens de pompage à la demande.

A Saint Nazaire, des profils de turbidité sont souhaités. Un prototype de sonde coulissant le long d'un câble vertical pourrait être la solution. Il est aussi demandé de faire des profils de vitesses de courant au moyen d'un profileur acoustique.

La station de gestion

Tous les sites sont reliés à un ordinateur central par liaison GSM. Il permet de faire la télémaintenance du réseau et de collecter les données mesurées qui sont stockées, validées et mise a disposition des utilisateurs.

Les données du réseau de mesure sont disponibles en  visualisation et téléchargement sur le site du GIP Loire-Estuaire

Bibliographie

Dégremont C., Aoustin Y., Jeanneret H., et B. Prud'homme Lacroix du GIP Loire Estuaire, 2006. Mise en place d'un réseau de mesures en continu sur l'estuaire de la Loire. Phase 1 : Définition des besoins. Juillet 2005-Janvier 2006. Rapport Ifremer RST/LER/MPL/06.09. 23 p

Hitier B., Aoustin Y., Jeanneret H., Dégremont C., et B. Prud'homme Lacroix du GIP Loire Estuaire, 2006. Mise en place d'un réseau de mesures en continu sur l'estuaire de la Loire. Rapport Ifremer RST/LER/MPL/06.14. 24 p.