Géologie

Histoire géologique

Le bassin versant du bélon s'inscrit dans une armature granito-gneissique (carte 1) , dénommée anticlinal de Cornouaille qui s'étire de la pointe du raz à l'ouest jusqu'à Nantes à l'est, de part et d'autre d'une zone de discontinuité ou zone broyée sud armoricaine due à la tectonique hercynienne (-340 à -300 millions d'années).

Les roches les plus anciennes correspondent aux formations de Kerfany, dépôts mis en place dans un bassin sédimentaire dominé par des phénomènes volcaniques. La collision qui suit sera responsable, à l'ordovicien (figure 1), de la production de granit divers dont la plupart des orthogneiss présents sur le secteur d'étude (Moëlan, Lanmeur et Nizon). Après une période prolongée de pause tectonique, un nouvel épisode de convergence est à l'origine du métamorphisme, de la déformation des sédiments et granits antérieurs et corrélativement, de la production de leucogranites. Au début du carbonifère (-340 MA) l'orogénèse hercynienne induit de grands accidents cisaillants qui s'accompagne de la déformation des roches préexistantes et de la mise en place d'une bande de leucogranites intrusifs (granites à muscovites : Pluguffan, Ergué, Riec et Baye).

L'histoire post varisque est marquée par le jeu d'une érosion soutenue dès la fin du primaire. Celle-ci se poursuivra au cours du cénozoïque ( - 65 à - 2 MA), accompagnée par une succession de transgressions et de régressions marines, tout particulièrement au cours de la première moitié du tertiaire, conduisant par une érosion poussée à la formation d'une péninsule relativement plane (pénéplaine). Au plio quaternaire un mouvement généralisé de surélévation (mouvement épirogénique positif) de la Bretagne joint à l'abaissement du niveau marin dû aux glaciations perpétuent l'érosion et conduisent à l'enfoncement des vallées.

Figure 1 : Echelle des temps géologiques 

Les unités géologiques

Une importante diversité de roches se sont formées au cours du temps que l'on peut classer en 3 grandes unités géologiques : les roches granitiques, les roches métamorphiques et les roches sédimentaires. Bien que seules les deux premières unités soient présentes sur le bassin versant du Bélon, une information générale sur les roches sédimentaires sera apportée dans ce chapitre.

Les roches granitiques

Les roches granitiques ont une origine volcanique, formées après refroidissement et solidification de matériau liquide, le magma. Selon le lieu et la vitesse de refroidissement un même magma peut donner naissance à deux roches distinctes, l'une plutonique (granite) et l'autre volcanique (basalte).

Les principaux minéraux des granites se composent de :

Quartz (SiO2), caractéristique de la richesse en silice. Les grains sont de formes irrégulières et d'un gris vitreux.

Feldspaths, cristaux réguliers quelquefois de grande taille et de couleur variable (blanche, grisâtre ou rosée).

Micas, paillettes brillantes de couleur noire (biotite) ou argentée (muscovite).

Massif de Pluguffan

La mise en place du leucogranite de pluguffan (-330 MA +/- 15MA) est liée à la tectonique hercynienne. C'est un granite gris clair, homogène à grain fin ou moyen. Il est riche en quartz (40 - 45 %), en micorcline (25 - 35 %) et en albite ( 25 - 30 %). Il se compose également de muscovite ( 4 - 7 %) et de biotite (2 - 4%)

Massif de Baye

Le leucogranite de Baye (-318 +/- 7 MA) est une roche gris clair, beige à l'altération, homogène à grain fin et relativement micacé. Il est composé de quartz (35 - 40%), de plagioclase (35 - 40%), de feldspath (15 - 20%) et renferme dans une moindre proportion de la biotite (2 - 3 %) et de la muscovite (2 - 3 %).

Massif de Riec

Le granit intrusif de Riec (-330 MA +/- 13 MA) est une roche gris clair à grain moyen, homogène qui prend à l'altération une teinte légèrement rouille. Il offre une texture grenue et comprend du quartz (40 - 45%), du feldspath (50%), de la muscovite (3%) et de la biotite (1%).

Les altérites du granite de Riec apparaissent à Riec sur Bélon à proximité des filons de quartz, postérieurs à la mise en place du granite. Ces altérites (kaolins) se présentent sous la forme d'une argile beige à blanche avec des résidus de quartz.

Les roches métamorphiques

Les roches métamorphiques représentent une part importante de la croûte terrestre continentale et proviennent de la transformation des roches préexistantes, soumises à de nouvelles conditions de pression et/ou de température. Cette transformation qui se réalise à l'état solide constitue le métamorphisme et entraîne l'apparition de nouvelles roches et de nouveaux minéraux (grenat, muscovite,…). 

Roche argileuse

Micaschiste

Roche argilo-sableuse

Gneiss

Roche calcaire

Marbre

Les roches métamorphiques sont fréquemment caractérisées par une orientation des minéraux disposés en feuillets. Cette caractéristique définit ainsi la foliation.

Certaines roches peuvent se débiter en feuillets ce qui sur le plan géologique constitue la schistosité.

Formation de Nizon :

L'orthogneiss de Nizon ( -489 MA +/- 5 MA) est un gneiss gris clair, de grain fin à moyen. Ces roches montrent une alternance de lits quartzeux ou quartzo-feldspathiques et de minces lits micacés et sont essentiellement constituées de quartz (40 - 50 %), de feldspath (40 - 45 %), de muscovite (7 - 15 %) et dans une moindre mesure de biotite (0 - 3 %).

Formation de Lanmeur :

L'orthogneiss de Lanmeur (-498 MA +/- 12 MA) se présente comme une roche homogène, massive, à grain moyen, de teinte gris bleuté sur cassure et fauve à l'altération. La roche est composée principalement de quartz (40 - 50 %), de feldspath (40 - 45 %), de biotite (5 - 10 %), de muscovite (1 - 5 %), d'épidote (1 - 5 %) et de grenat (0 - 3 %).

Formation de Moëlan :

L'orthogneiss de Moëlan ( - 485 MA +/- 6 MA) renferme essentiellement du quartz (45 - 50 %), du feldspath ( 45 - 50 %), dans de moindre proportion de la biotite ( 3 - 8 %) et parfois de la muscovite (0 - 1 %).

Formation de Kerfany

La formation est constituée de gneiss fins (entre -485 MA +/- 11MA), plus ou moins micacés et présente un aspect rubané. La composition moyenne de ces gneiss est la suivante : Quartz (20 - 60%), feldspath (10 - 50%), biotite (10 - 20%) et muscovite (1 - 15%) avec parfois du grenat (1%).

Les roches sédimentaires

Les roches sédimentaires trouvent leur origine dans les dépôts de particules et l'action des processus physiques, chimiques et biologiques en assure leur génèse. Elles apparaissent le plus souvent sous forme de strates superposées et renferment parfois des fossiles. On trouve ainsi des formations sédimentaires d'origine diverse :

  • Les roches sédimentaires d'origine détritique (sable, argile, grès)
  • Les roches sédimentaires d'origine biochimique (calcaire)
  • Les roches sédimentaires d'origine chimique (sel, gypse)
  • Les roches d'origine organique (houille, pétrole)
Bibliographie

F. Béchennec, et al. 1996
Carte géologique de la France au 1/50000, secteur de Concarneau (n° 382) et notice géologique, 129 p..
Editions BRGM

F. Béchennec, et al. 2001
Carte géologique de la France au 1/50000, secteur de Rosporden (n°347) et sa notice géologique, 121 p.
Editions BRGM

J. Debelmas 1996
Géologie de la France : 1 - Vieux massifs et grands bassins sédimentaires
Doin éditeurs - 293 p.

H. Lardeux 1996
Guide géologique de la Bretagne 3ème édition, Editions Masson - 223 p.

A Mamecier et J.F. Beaux 1998
La planète terre
Editions Nathan, repères pratiques - 159 p.

Site web

http://www.brgm.fr