Soutenance de thèse de Farah Taleb

Farah Taleb soutiendra sa thèse le mercredi 4 décembre 2019 à 10h à l’Institut Universitaire de la Mer, amphithéâtre « A », Technopôle Brest-Iroise, Plouzané. Son sujet :

Etude du comportement mécanique de sédiments argileux contenant des hydrates de gaz à partir de mesures in situ.

Découvrez ci-dessous le résumé de sa thèse :

Les hydrates de gaz (GH) sont composés de molécules de gaz, souvent du méthane, piégées dans des cages d’eau. Ils se trouvent principalement dans les sédiments des marges continentales et du pergélisol, où les conditions de stabilité (haute pression et basse température) nécessaires à leur présence sont réunies. Les GH sont considérés comme une source d’énergie mais aussi un facteur aggravant des aléas sous-marins et une source de gaz à effet de serre. Il est indispensable de comprendre les conséquences de la présence de ces composés métastables sur les propriétés géo-mécaniques des sédiments qui les contiennent (GHBS).

Ifremer a mené plusieurs campagnes océanographiques visant à évaluer ce type d’aléas géologique dans le Golfe de Guinée, où un système à flux de gaz élevé avait pu être observé. La base de données est composée d’un ensemble de mesures in-situ acoustiques, géotechniques et de mesures de dissipation de pression interstitielle, ainsi que de carottes sédimentaires et de profils sismiques.

Dans le but de comprendre l’effet de la saturation en GH et de leur morphologie et distribution sur les propriétés mécaniques des GHBS, ce travail de thèse a exploité l’ensemble de ces données. Cette étude a révélé que les GHBS argileux ont un comportement contractant lors du cisaillement qui s’oppose au comportement dilatant des sédiments sableux. En outre, différentes morphologies des GH ont été associées aux différents traits de comportement mécanique des GHBS. Pour des saturations élevées (>10%), la diffusivité hydraulique des GHBS a tendance à augmenter la concentration en hydrates. Ce phénomène est lié à la présence de fractures ou à la diminution de compressibilité du sédiment.  Un nouveau modèle constitutif basé sur le principe des « indices des vides équivalents » a été utilisé pour simuler le comportement mécanique des GHBS. Les résultats ont montré qu’un seul paramètre lié à la présence et la morphologie des GH est nécessaire au modèle pour reproduire correctement le comportement mécanique des GHBS.