Mandat et actions de l'Ifremer dans le domaine des matériaux marins

À sa création, en 1967, le CNEXO reçoit des missions déclinées en 5 thèmes dont celui intitulé " Ressources minérales et fossiles" lui donnant comme mandat "... les études et les recherches tendant à l'exploitation des ressources contenues dans leur masse, leur sol et leur sous-sol".

Dès 1969, démarre le programme "Sables et graviers marins" qui a pour objectif l'inventaire des ressources en matériaux sur le plateau continental français. D'abord métropolitain, il s'étendra ensuite aux Antilles à partir de 1985.

Le thème sera poursuivi par l'Ifremer créé en 1984 par la fusion du CNEXO et de l'ISTPM (décret 84-428 du 5 juin 1984).

L'inventaire national des granulats marins a donc été conduit, de 1969 à 1981, sous budget d'Etat. Il a été suivi, à l'initiative conjointe de l'Ifremer et des collectivités territoriales, d'un inventaire régional : Nord-Pas de Calais (1984-1986, granulats siliceux), Bretagne (1987-1990, maërl), Guadeloupe (1985-1992, granulats siliceux), Martinique (en cours).

Les ressources reconnues, en métropole, ont été évaluées à 33 milliards de m3 dont 600 millions sont considérées comme réserves exploitables. Des sites favorables pour l'exploitation des matériaux ont ensuite été identifiés.

En relation avec cette compétence, l'Ifremer est aussi le conseiller scientifique et technique des décideurs publics (ministères, préfectures, services déconcentrés de l’État) pour fournir des avis sur les demandes de permis d'exploitation ou d'exploration de matériaux marins (décret 71-360 du 6 mai 1971, décret 85-448 du 23 avril 1985, décret 95-427 du 19 avril 1995, décret 95-696 du 9 mai 1995, décret 98-970 du 26 octobre 1998). Il est également associé à la réflexion qui doit conduire à la refonte des textes réglementaires.

En tant qu'organisme scientifique, l'Ifremer est partenaire de groupes de travail internationaux sur le thème "extraction de granulats", tels que celui du CIEM intitulé "Effects of extraction of marine sediments on the marine ecosystem" et l'EMSAGG (European Marine Sand and Gravel Group), et impliqué dans des programmes européens (Interreg).

C'est aussi au titre de ses compétences multidisciplinaires par exemple en géologie-sédimentologie, en modélisation, en biologie marine, en suivi des activités de pêche, que l'Ifremer est de plus en plus sollicité en tant qu'organisme national apte à lancer des programmes de recherche et à développer ainsi une expertise sur les effets multiples des extractions de matériaux sur les habitats (nature des fonds, faune et flore associées).

C'est pour matérialiser cette volonté que l'Ifremer a créé en 2001 une cellule d'expertise destinée à organiser ces travaux tout en assurant les relations avec les décideurs publics, les collectivités territoriales, les divers usagers de la mer (dont les pêcheurs et les extracteurs) et la société en général. Cette composante relationnelle sera essentielle dans l'avenir puisque le développement très probable des extractions marines soulèvera de graves questions de compétition territoriale entre usagers de la mer mais aussi de réel impact sur la fonctionnalité biologique des fonds marins déjà très menacés.