Géochimie

Technicienne supérieure chimiste

Sandrine est technicienne supérieure chimiste (fluorescence X et diffraction X).

En quoi consiste votre travail ?

Mon métier consiste à analyser les échantillons solides (roches ou sédiments) afin de déterminer leur composition chimique et minéralogique.

Pour ce faire, une fois les échantillons sélectionnés, je dois les préparer en les sciant (pour les roches), en les broyant et en les séchant. Ils seront ensuite analyser par fluorescence X (chimie) et diffraction X (minéralogie).

Je réalise ces préparations et analyses à terre, au sein du laboratoire, mais aussi en mer, lors de campagnes océanographiques, grâce à des appareils de paillasse.

Les résultats obtenus sont utilisés par les géologues travaillant sur les ressources minérales des grands fonds provenant des sites hydrothermaux, des nodules ou des encroûtements mais également sur les carbonates.

Quel a été votre cursus de formation ?

J'ai obtenu un baccalauréat général scientifique avec une spécialité physique/chimie, puis un BTS Chimie et j'ai fini mon cursus par une année de licence professionnelle Industrie Chimique et Pharmaceutique Analyse et Contrôle (à Nice) réalisée en alternance.

Technicien supérieure chimiste

Vivien est technicien supérieur chimiste au sein du Laboratoire Cycles Géochimiques et ressources de l’Unité Géosciences Marines.

En quoi consiste votre travail ?

Mes sujets de recherche sont : la recherche et l’étude de panaches hydrothermaux par les traceurs physiques et chimiques, l’étude des fluides hydrothermaux associés et enfin l’analyse des eaux interstitielles au niveau des marges continentales.

Pour cela je dois mettre en œuvre et développer l’instrumentation comme par exemple les bathysondes qui permettent de prélever des échantillons d’eau lors de campagnes en mer.

Une fois les échantillons prélevés, je dois les analyser en mer dans notre container laboratoire, ou au retour à terre dans notre laboratoire qui est équipé d’un parc analytique important.

Quand les données sont traitées et que  les échantillons sont analysés, je transmets les résultats aux chercheurs du laboratoire pour qu’ils puissent les interpréter et ainsi orienter soit la suite des opérations lors de campagnes océanographiques, soit leurs recherches au laboratoire.

Quel a été votre cursus de formation ?

J’ai commencé par un baccalauréat spécialité Physique-Chimie, puis je me suis orienté vers un DUT Chimie à l’IUT du Mans.

Ingénieur Chimiste

Jean-Pierre

Sur la page "30 regards sur l'Ifremer"

Chercheure en géochimie des fluides hydrothermaux

Cécile est chercheure en géochimie des fluides hydrothermaux au sein du Laboratoire Cycles Géochimiques et ressources.

En quoi consiste votre travail ?

Mon travail est très varié et comporte diverses facettes. L’objectif principal est l’écriture de publications pour des revues scientifiques. Pour cela j’embarque régulièrement sur des missions océanographiques pour collecter des échantillons et acquérir des données. Je dois ensuite, de retour au laboratoire, effectuer une partie des analyses, traiter les données, interpréter les résultats. J’encadre également des étudiants, écris des projets de recherche et de financement, développe des méthodes d’analyse et participe au développement d’instrumentation.

Mes thématiques de recherche sont :

- l’étude de la géochimie des gaz et minérale des fluides hydrothermaux afin de comprendre les processus géochimiques liés à la circulation hydrothermale.

- l’étude des composés organiques dans ces mêmes fluides en particulier les hydrocarbures et les molécules à l’origine de la vie.

Quelle a été votre cursus de formation ?

J’ai suivi une formation d’ingénieur « chimie-génie des procédés ». Puis j’ai obtenu un master en « matériaux polymères ». J’ai enfin effectué une thèse de doctorat en géochimie sur l’étude des molécules organiques dans les fluides hydrothermaux.