Imagerie Sismique

Des méthodes de Contrôle Qualité temps réel de la donnée sismique ont été mises en place, dans le cadre du soutien aux équipes scientifiques. Le logiciel SISPEED, qui permet le contrôle de la donnée sismique en terme de positionnement et de qualité du signal (contenu fréquentiel, rapport Signal sur Bruit, etc) est mis à disposition des équipes scientifiques bord des navires de la flotte de l’IFREMER. Une formation a été dispensée en 2010, auprès de l’IUEM (campagne REPREZAI) et de l’université de Bordeaux (campagne CARAMBAR).
 
Le logiciel SISPEED a également été utilisé à des fins d’enseignement pour les étudiants Master de l'UBO et de formation des stagiaires de l'université d'Izmir. Une adaptation de l’application a été réalisée pour la campagne PIRMARMARA à bord du navire turc «Piri Reis» et transférées à nos collègues de l’université d’Izmir (DEU).

Imagerie sismique Haute Résolution / imagerie profondeur de type Kirchhoff

  • Corrélation des données sismiques THR de la campagne SIGOLO avec les données de puits issues de la campagne de forage GOLODRILL. L’ensemble de ces travaux a été réalisé dans le cadre des stages de formation à l’Ecole Nationale Supérieure des Pétroles et des Moteurs de Melle E. Thereau, en étroite collaboration avec l’équipe du LES. L’approche quantitative n’a pu être abordée (absence de données géophysiques de puits) mais sera développée en 2011 sur les données de la campagne CARAMBAR au droit des forages du leg ODP 166.
  • L’imagerie pré-stack des données de sismique HR 3D de la campagne MARMESONET (Leg 2, fin 2009) a été réalisée par migration de Kirchhoff 3D pour un modèle de vitesse constant (délivrable du projet Marmara-DM). Des premiers tests de migration pre-stack 3D mettant en oeuvre des modèles de vitesse variable ont été réalisés afin d'améliorer l'imagerie des structures plus profondes. La collaboration avec l’Ecole de Mines de Paris a permis d’obtenir un code de calcul des temps de trajet pour un modèle de vitesse 3D. Les données de vitesse seront également contraintes à partir des données de sismique HR « grand offset » de la campagne PIRMARMARA.

Sismique quantitative HR / THR par grande profondeur d’eau

Le développement de l’outil de reconnaissance sismique par grande profondeur d’eau SYSIF a doté l’Ifremer d’un moyen de reconnaissance unique au monde pour la caractérisation quantitative des sédiments superficiels. L’effort a porté sur la valorisation des données issues de la campagne ERIG3D :

  • Faisabilité de la détermination des vitesses par imagerie conjointe SYSIF/OBH
  • Analyse multi-échelle des données in-situ et des données sismiques SYSIF par transformée en ondelettes (collaboration IPG, Université de Rennes)
  • L’inversion des données SYSIF par méthode globale a été démarrée.

Caractérisation géophysique des hydrates de gaz

Dans le cadre de l’initiative G3 « Gas hydrate and climate change », l’IFREMER participera à la mission JCR 269 du navire James Clark Ross programmée en août 2011 au large de Svalbard sur des zones potentielles de dissociation des hydrates de gaz liée au réchauffement climatique. L’analyse des données sismiques Haute Résolution de la campagne JR211 du NOC a permis de définir, en 2010, les outils sismiques à mettre en œuvre au cours de la future campagne (SYSIF/SYSIF OBH).

Sismique de la structure profonde

Le traitement des données de sismique « monobule » acquises lors de la campagnbe SPIRAL (Leg 1) a fait l’objet d’un développement spécifique, avec un de module de déconvolution de la source.
 
Dans le cadre EGEODE (Expanding GEOsciences on Demand, une partie de l’European Grid Infrastructure), CGG Veritas a mis à disposition de l’IFREMER une licence GEOCLUSTER 5000, installé en mode « stand-alone » à LGG. La priorité des traitements de SMT est placée sur l’analyse des vitesses superficielle afin de contraindre l’inversion des données de sismique réfraction.

Développements expérimentaux

Le projet GEOPS a pour objectif la réalisation d’une fourche de mesures in situ des ondes de compression et de cisaillement par grande profondeur d’eau. Les travaux 2010, réalisés en collaboration avec le département RDT, ont permis d’explorer les différents capteurs piézoélectriques et les montages mécaniques associés nécessaires à la réalisation de cette fourche. La contrainte principale est la tenue en pression qui ne permet pas l’utilisation des moyens conventionnels de laboratoire. Les technologies retenues sont les « benders » (en montage inversé, fréquence 7.5 kHz) pour les ondes S et les « compression plates » (fréquence 30 kHz) pour les ondes P. Ces technologies permettront en outre de répondre aux besoins spécifiques des laboratoires LGM (quantification des hydrates formés dans une enceinte hyperbare) et LES (mesure des vitesses de cisaillement dans une cellule tri-axiale).

La maquette de flûte numérique multitrace SYSIF a été réalisée en collaboration avec les départements RDT et NSE. La réalisation de la flûte opérationnelle (52 hydrophones) a été confiée à l’industriel HighTech pour la partie acoustique et à l’industriel SERCEL pour l’intégration.