2013

Campagne COLMEIA

Dans le cadre de la collaboration entre l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM) et l’Ifremer (unité Géosciences), le Laboratoire de Géochimie et Métallogénie a participé à la campagne COLMEIA du 23 janvier au 28 février 2013, pilotée par l’IUEM. Elle s’est déroulée dans les eaux internationales et brésiliennes autour de l’archipel de Saint-Pierre – Saint-Paul. L’objectif de cette campagne franco-brésilienne était de :

- comprendre le régime thermique à long terme de cette partie de l’Atlantique ;

- déterminer la nature de la croûte et de la lithosphère océanique dans la zone ainsi que le processus de mise à l’affleurement des roches profondes du manteau ;

- rechercher la présence de sources hydrothermales. Des opérations de CTD ont permis de détecter des signes d’activité hydrothermale ainsi que des analyses de méthane et de manganèse réalisées à bord.

FUTUNA – Phase 2 : 2013-2018

Suite aux différentes campagnes menées lors du projet Futuna, de nombreux échanges ont eu lieu avec les partenaires (Eramet et Technip), en particulier sur les analyses d’échantillons réalisées et sur l’extension des zones minéralisées. L’Ifremer a proposé une stratégie de campagnes pour une nouvelle phase d’exploration de 5 ans qui comportera différentes missions visant à déterminer la limite des zones minéralisées et localiser des sites inactifs, réaliser les premières études environnementales sur les sites les plus prometteurs et réaliser des opérations de géophysique et de forage pour appréhender la nature et l’épaisseur des minéralisations.

Programme EXTRAPLAC

La délégation française a présenté en séance plénière de la 32e session de la Commission des Limites du Plateau Continental (CLPC) de l’ONU à New York - du 23 au 29 août – trois demandes d'extension. Il s’agit de l’addendum à la demande conjointe avec l’Afrique du Sud au large de l’archipel de Crozet et des îles Prince Edouard ; la demande au large de l’île de la Réunion et les îles de Saint-Paul et Amsterdam ; la demande conjointe avec Tuvalu et Tokelau au large de Wallis et Futuna. La France aura ainsi déposé depuis 2009 six dossiers concernant neuf zones géographiques distinctes dans tous les océans. Trois dossiers ont déjà été validés par la CLPC et l’examen du quatrième dossier pourrait commencer fin 2014.

PIA TANDEM : Projet d’investissements d’Avenir 

La proposition  « PIA TANDEM » piloté par le CEA en partenariat avec BRGM, Ecole des Ponts, EDF, Ifremer, IRSN et Principia a été retenue avec 22 autres projets suite à l’appel à projets « Recherche en sûreté nucléaire et en radioprotection » soutenu par les ministères des affaires sociales et de la santé, de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, de l’enseignement supérieur et de la recherche et le commissariat général à l’investissement. TANDEM (Tsunamis en Atlantique et MaNche / Définition des Effets par Modélisation), un projet de 4 ans a vu le jour. Il sera dédié à l’estimation des conséquences de tsunamis d’origine sismique ou gravitaire, pour les côtes françaises, avec un intérêt particulier pour les façades Atlantique et Manche, où les installations nucléaires civiles sont installées depuis environ 30 ans.

Campagne IGUANES : caractérisation géophysique et biogéochimique d’instabilités sédimentaires et des fluides associés 

Les objectifs de la campagne Iguanes « Instabilités et fluides Guyane et Surinam » (N/O L’Atalante) étaient d'étudier les relations entre la structure profonde de la marge transformante Guyane-Surinam, les instabilités sédimentaires et les suintements de fluides froids repérés au cours d’une campagne EXTRAPLAC et également de comprendre la genèse des échappements de fluides et les spécificités en domaine de marge transformante. En complément de la réalisation de cartographie Haute Résolution de la zone et de la pose d'un courantomètre, 20 carottes sur les zones de pockmarks ont été réalisées afin d'identifier et de caractériser les sorties de fluide éventuelles.

Des chercheurs et techniciens des différents laboratoires de Géosciences Marines et Environnements Profonds d’Ifremer, ont embarqué sur l'Atalante, du 29 avril au 24 mai 2013, sous la responsabilité de l’Université de Perpignan.

Campagne PRISME2 : Processus et facteurs prédisposant des instabilités sédimentaires

L’objectif de la campagne PRISME 2 (N/O L’Atalante 14 juillet – 4 août) était d’étudier en détail les grands événements gravitaires de trois secteurs de la Méditerranée occidentale par reconnaissance Haute Résolution (sondeurs multifaisceaux, sismiques HR et THR de surface et sismique THR remorquée près du fond). Le but est de mieux comprendre leurs âges et les facteurs prédisposant à l’origine des instabilités : possible liquéfaction du sédiment générée par un séisme (Marge Ligure), instabilités liées à la présence de structures tectoniques et sorties de fluides sur le fond de mer (Ride de Pianosa), accumulation de débris sédimentaires d’âge inconnu sur le flanc Est de l’éventail profond du Rhône. L’équipe scientifique coordonnée par le laboratoire Environnements sédimentaires de l’Unité Géosciences Marines,  était constituée de chercheurs d’Ifremer, de GéoAzur, du CNRS et des universités de Perpignan et de Gênes.

Programme "Récifs et Coraux des Îles Eparses" 

La campagne Reefcores2 menée sur un voilier d'opportunité du 12 au 27 avril 2013 en coopération avec l'IUEM s'inscrit dans le programme du CNRS "Recifs et coraux des Îles Eparses" et dans le cadre d'une thèse Ifremer-Total-Cerege. Il s'agissait principalement de levés géophysiques et de prélèvements des couches superficielles du fond de mer autour de l'archipel des Glorieuses et des Bancs du Geyser et de la Zélée. L'objectif est une meilleure compréhension des plates-formes sédimentaires sableuses carbonatées isolées et en particulier les facteurs de contrôle climatique ou eustatique sur le remplissage des lagons, le développement des prismes à l'extérieur du lagon, les transferts gravitaires vers la pente. L’équipe scientifique était constituée de  chercheurs de l’IFREMER (unité Géosciences Marines) et de l’IUEM.

Produit commun SHOM-IFREMER

Une version prototype de modèle bathymétrique des façades métropolitaine, homogène et continu à l’échelle du 1/100 000e, jusque-là indisponible aux chercheurs et grand public hors SHOM et a été constitué. Grâce à sa résolution, ce modèle pourra satisfaire un certain nombre de besoins sociétaux, de recherche ou de modélisation, excepté la navigation maritime. La conception multi-couches de ce modèle SHOM-Ifremer permet de fournir des informations complémentaires sur la filiation des données sources et d’appréhender la qualité de l‘interpolation via un indice de confiance robuste.

L'ensemble du modèle, découpé en 6 sous-zones (Manche orientale, Bretagne Nord, Bretagne Sud,  Aquitain, golfe du lion, mer Ligure – Corse) constitue un produit expérimental de référence dans le domaine de la moyenne résolution. Sa diffusion est en discussion.

Projet  MIDAS

La probabilité d’exploiter les ressources minérales et les ressources énergétiques non conventionnelles des grands fonds devient tangible. Les risques géologiques et biologiques liés à ces exploitations n’ont cependant été évalués que superficiellement. Un appel d’offre France Europe Innovation PCRD (Programme Cadre de Recherche et Développement)"Sustainable management of Europe’s deep sea and sub-sea floor resources" a été lancé. Il sera un soutien à la recherche scientifique et aux développements technologiques visant d’une part à évaluer les risques environnementaux et d’autre part à définir les stratégies d’évaluation de l’impact des activités d’extraction des ressources minérales et gaz en environnement profond. Les équipes du département Recherches physiques et Ecosystèmes de fond de Mer dont Géosciences Marines (aidées de celles du département Infrastuctures Marines et Numériques/Systèmes Sous-marin) ont été impliquées dans une réponse à cet appel d’offre pour participer

- à l’évaluation des risques géologiques liés à l’exploitation des hydrates de gaz en assurant la coordination de la thématique transversale « hydrates de gaz » ;

- à l’évaluation des risques biologiques liés à l’exploitation des nodules et sulfures polymétalliques, en particulier sur le fonctionnement, la connectivité et les capacités de restauration des écosystèmes ;

- aux développements technologiques associés au suivi de l’impact de l’exploitation des ressources, en particulier les développements liés à l’imagerie fond de mer ;

- aux réflexions sur les stratégies et standards d’évaluation de l’impact environnemental.