Soutenance de thèse de Pierre Morena

Pierre Morena soutiendra sa thèse le mardi 29 septembre 2020 à 14h30 à l'Institut Universitaire de la Mer, amphithéatre "A", Technopôle Brest-Iroise, Plouzané. En raison des contraintes sanitaires, environ 100 personnes pourront être présentes dans l'amphi. Son sujet :

Paléosismologie et potentiel sismogène de la zone de subduction des Petites Antilles à partir de l'enregistrement sédimentaire.

Découvrez ci-dessous le résumé de sa thèse :

Le segment Sombrero-Barbuda (zone Nord de la subduction des Petites Antilles) présente un gap dans la sismicité récente. Afin de mieux contraindre l’aléa sismique mal défini par la sismicité instrumentale ou historique, une étude de paléosismologie marine basée sur les dépôts marins co-sismiques est initiée à partir de données géophysiques (bathymétrie, réflectivité, sismique HR et THR) et de neuf carottes sédimentaires collectées pendant les campagnes ANTITHESIS et CASEIS.

L’établissement d’une carte morphosédimentaire montre que les carottes sont alimentées par plusieurs sources situées principalement au niveau des plateformes carbonatées (systèmes ravines-canyons) et des pentes insulaires (canyons confinés). L’étude multi-proxy des dépôts sédimentaires définit de nombreux faciès sédimentaires gravitaires parfois réunis en séquences de dépôts et/ou megabeds très épais (ex : turbidites amalgamées, complexes HmTu).

Le modèle chronostratigraphique identifie 81 évènements répartis dans une à sept carottes pistons. Ces évènements résulteraient de nombreuses déstabilisations gravitaires simultanées de plusieurs sources sédimentaires indépendantes, ce qui mettrait en évidence un déclenchement sismique. Les sept évènements sismiques les mieux définis (notamment par la corrélation de megabeds dans plusieurs carottes) auraient des magnitudes importantes (autour de Mw~8-9). Deux récurrences alternées sont identifiées pour ces évènements, de 9420 +/- 600 ans et 13630 +/- 1300 ans. Certains évènements semblent également se corréler à ceux du segment Antigua-Guadeloupe et mettraient en évidence des méga–évènements ayant une récurrence alternée de ~12 000 ans et ~23 600 ans.