Organisation

Un découpage opérationnel du littoral en Zones d’Intervention REPAMO (ZIR) a été rétabli. Ces ZIRs, au nombre de 123 correspondent à des zones ayant une certaine homogénéité sur le plan hydrodynamique et un caractère structurant sur le critère de la répartition géographique des organismes biologiques (zones DCE). Les événements de hausse de mortalité survenant au sein d’une même ZIR, sur une même espèce/classe d’âge et dans un laps de temps réduit sont considérés comme appartenant à un même foyer infectieux et un seul prélèvement sera effectué pour recherche d’organismes pathogènes.

D’un point de vue opérationnel, le réseau REPAMO s'organise autour de différents partenaires qui ont chacun leurs missions :

    • les professionnels: les conchyliculteurs, pêcheurs et expéditeurs. Ils font une déclaration (obligatoire) à leur DDTM lorsque des hausses de mortalité sont constatées sur les animaux qu’ils exploitent;
    • l’autorité compétente (DGAL, bureau de la Santé Animale) et les services déconcentrés (DDTM) : ils prennent acte des déclarations des professionnels et envoient une demande ("saisine") officielle à l'Ifremer afin d'effectuer des enquêtes et des prélèvements en vue d'analyses diagnostiques de laboratoire;
    • les correspondants côtiers des Laboratoires Environnement Ressource (LER) de l'Ifremer, répartis sur tout le littoral français : ces agents sont en lien avec les DDTM et les professionnels. Ils se déplacent pour effectuer des prélèvements d'animaux et font les envois aux laboratoires d’analyse agréés;
    • les réseaux de laboratoires d’analyses diagnostiques agréés : ils réalisent les analyses de bactériologie/virologie et d'histologie;
  • le Laboratoire National de Référence pour les maladies des mollusques marins (LNR) situé dans la station Ifremer de La Tremblade. Il réalise les analyses de confirmation de présence d'organismes pathogènes réglementés (si les laboratoires agréés ont une suspicion de présence de ces agents infectieux) ainsi que les analyses virologiques sur les prélèvements provenant d'animaux fouisseurs et de coquilles St Jacques.
    Le LNR est également sollicité pour réaliser l’ensemble des analyses sur les espèces de coquillages rarement prélevées dans la cadre de la surveillance, et pour lesquelles les méthodes d’analyses n’ont pas été transférées aux réseaux de laboratoires agréés.
    Le LNR est également impliqué dans le développement de nouveaux outils diagnostiques, l’acquisition de connaissances sur les différents organismes pathogènes et l’épidémiologie des maladies infectieuses des coquillages;
  • la coordination du réseau (Ifremer) qui organise les actions : elle propose à l’autorité compétente une stratégie de surveillance, centralise les informations, informe l'ensemble du réseau des événements de mortalité, fait le lien avec les laboratoires concernés, rédige un bulletin mensuel et annuel d'information sur les résultats de la surveillance et envoie une « alerte mortalité » sur une liste de diffusion électronique dédiée en cas d’événement de hausse de mortalité.