Ifremer et l'environnement littoral

 

 

 

Actualités

Depuis quelques années, les scientifiques observent sur nos côtes l’apparition de microalgues toxiques habituellement tropicales. Est-ce un signe du changement climatique ? Les microalgues toxiques endémiques risquent-elles de proliférer davantage dans le futur ? À l’Ifremer, ces phénomènes sont surveillés de près pour mieux protéger les citoyens et la biodiversité marine.

Valérie Dérolez chercheuse au LER-LR, a présente une très belle animation vidéo illustrant la trajectoire de restauration de la lagune de Thau, intitulée "50 ans d'Observation pour Comprendre la Dynamique de Restauration et la Résilience de la Lagune de Thau".

Une première campagne de mesures du métabolisme intertidal d’un herbier de zostères naines a été réalisée au nord de la Baie d’Yves

Dans le cadre du programme Ecophyto II+, les ministères en charge de la transition écologique, de l’agriculture et de la recherche ont confié en 2020 à INRAE et l’Ifremer le pilotage d’une expertise scientifique collective sur les impacts de ces produits sur la biodiversité et les services écosystémiques, depuis leurs zones d’épandage jusqu’au milieu marin, en France métropolitaine et en Outre-Mer. Les conclusions de cette expertise, présentées ce 5 mai lors d’un colloque public, confirment que l’ensemble des milieux terrestres, aquatiques et marins – notamment côtiers – sont contaminés par les produits phytopharmaceutiques. Des impacts directs et indirects de ces substances sont également avérés sur les écosystèmes et les populations d’organismes terrestres, aquatiques et marins. La contamination tend néanmoins à diminuer pour les substances interdites depuis plusieurs années.

Accès directs

Inventaire cartographique des lieux actifs des réseaux d'observation et de surveillance du littoral

Accès aux données de la surveillance sur le site Surval