Les populations d'ophiures épigées Ophiothrix fragilis et Ophiocomina nigra à la pointe de Bretagne : évolution et écologie trophique

 

Thèse de doctorat d'Aline Blanchet (UBO) soutenue le 19/12/2012

Encadrants: Monique Guillou, Stanislas Dubois, Fabrice Pernet

 

L'évolution spatio-temporelle des populations d'Ophiocomina nigra et d'Ophiothrix fragilis (Ophiuridés, Echinodermes) a été étudiée dans deux écosystèmes contrastés de la pointe de Bretagne (France); la rade de Brest et la baie de Douarnenez. Entre la fin des années 80 et 2011, la population d'O. nigra s'est très largement étendue sur l'ensemble des zones d'études et a vu sa densité augmenter d'un facteur 5 en rade de Brest. Dans ce site, l!expansion d'O. nigra a généré de profonds changements qui se sont progressivement traduits entre autre par une exclusion spatiale d'O. fragilis du bassin central vers la partie sud de la zone d'étude où l'espèce colonise des coquilles vides de crépidules; Crepidula fornicata. L'expansion d'O. nigra a été mise en relation avec la combinaison de possible changements globaux du milieu et les traits biologiques de l'espèce.

Les isotopes stables naturels (h13C & h15N) et les marqueurs d'acides gras ont été utilisés pour décrire l'écologie trophique des deux ophiures par un suivi in situ, sur des stations sélectionnées en raison de leurs situations contrastées (influence continentale vs influence océanique). Les facteurs de discrimination (Δh13C et Δh15N) ont été calculés en expérimentation pour les deux espèces avec trois types de sources et ont montré principalement un effet de la qualité de la nourriture et de l'état reproducteur des espèces sur ces facteurs et des différences interspécifiques. Le suivi in situ a principalement révélé des différences interspécifiques dans l'alimentation des espèces. Le phytoplancton (diatomées) apparait en été comme une source majeure pour les deux espèces et plus importante pour O. fragilis. Des valeurs en h15N plus élevées chez O. nigra par rapport à O. fragilis associées à une plus forte contribution de bactéries, de détritus et de matériel d'origine animal, indiquent que l'espèce exploite une grande diversité de sources de nourriture expliquant en partie son succès. Les macroalgues (Ulva sp) et les apports terrigènes semblent jouer un rôle trophique mineur pour les deux espèces, malgré une augmentation significative dans les sites plus confinés en fin d!étude.

 

Financement: Ifremer, PNEC, Parc Naturel Marin d'Iroise

À la une

Cette plante permet de voir sous l'eau

Publié le 13 septembre

Les zostères et le projet Marha, stars d'un reportage de la Youtubeuse Marie Wild

La baie de la grande marée

Publié le 7 juillet

Les hermelles et l'équipe LEBCO dans le grand documentaire d'Alexandra Barbot sur la faune sauvage de la baie du Mont-Saint-Michel, sur Ushuaia TV

Les hermelles de Champeaux scrutées par imagerie hyperspectrale

Publié le 18 mai

Campagne d'acquisition par drone dans le cadre du projet BIOHERM