MaSCoET - Maintien du Stock de Coquillages en lien avec la problématique des Efflorescences Toxiques

Logo du projet Mascoet représentant une coquille Saint-Jacques

 

Quels sont les facteurs d’apparition de l’algue Pseudo-nitzschia et de toxine amnésiante?  Quels sont les mécanismes de décontamination de la coquille Saint-Jacques  et de l’écologie du pétoncle noir? Peut-on repenser la gestion souvent complexe des pêcheries coquillières aujourd’hui fragilisée par un écosystème modifié?

 

 

La coquille Saint-Jacques est la troisième espèce vendue sous les criées françaises pour un total de 75 millions d’euros en 2016. Elle est exploitée par une importante flottille allant du nord de la France aux Pertuis Charentais.

 

Depuis les années 2000, partout sur le littoral, les professionnels ont été contraints à des fermetures de la pêche dues aux efflorescences de la microalgue, Pseudo-nitzschia, capable de produire une toxine amnésiante, l’acide domoïque. Elle est responsable du syndrome ASP (Amnesic Shellfish Poisoning) chez l’humain, rendant les coquillages impropres à la consommation.

 

 

Dans ce contexte, le projet MaSCoET propose d’acquérir des savoirs qui bénéficieront à l’ensemble de la flottille française en prenant comme site atelier la rade de Brest, particulièrement touchée ces dernières années, tout en associant d’autres sites tels que ceux de Charente Maritime ou de la baie de Seine. Il propose quatre volets qui permettront :

1. De mieux comprendre le déterminisme d’apparition de ces efflorescences toxiques ;

2. de mieux comprendre pourquoi la décontamination des coquilles Saint-Jacques est très lente par rapport à d’autres pectinidés, notamment le pétoncle noir ;

3. d’améliorer la connaissance de l’écologie et de la dynamique de population du pétoncle afin

4. d’en améliorer la gestion de l’activité de pêche qui peut se reporter vers cette ressource lors des épisodes toxiques.

 

 

Comprendre les facteurs de perturbation du milieu, anticiper l’apparition de la toxine, étudier la décontamination de la coquille Saint-Jacques doit permettre de repenser la gestion souvent complexe des pêcheries coquillières aujourd’hui fragilisée par un écosystème modifié.

 

Contacts scientifiques:
Aline Blanchet-Aurigny, Philippe Cugier, Laure Régnier-Brisson (Doctorante)
Collaborations:

Logo du Comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins du Finistère. Il représente un poisson, un bateau et une carte du Finistère imbriqués

Logo du comité départemental des pêches et des élevages marins des Côtes d'Armor représentant une coquille Saint-Jacques

Logo du comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins de Charente-Maritime

Le logo représente une carte de la Bretagne en noir avec un bateau bleu imbriqué au milieu

Le logo représente un bateau rouge et jaune

Logo du Comité régional des pêches et élevages marins des Pays de Loire représentant un poisson

Le logo représente un poisson bleu

Le logo représente 4 coquilles Saint-Jacques bleues: un grosse à gauche et 3 petites à droite

À la une

1er suivi du projet CoEcoDigue

Publié le 16 mars

Les grandes marées de mars ont permis de réaliser le 1er relevé annuel de suivi de biodiversité des écoblocs de la digue d'enceinte du polder EMR.

Lancement du projet RAPSODI

Publié le 14 février

Il vise à améliorer les connaissances sur deux espèces non-indigènes marines présentes dans le bassin d'Arcachon et les Pertuis Charentais.

Vivez avec nous une plongée scientifique

Publié le 11 janvier

Immersion en rade de Brest avec une équipe du projet Mascoet