DIaMOND - Répartition du méroplancton sur les fronts océaniques: une approche de métabarcodage de l'ADN

Post-doctorat de Manoela Brandão, 2019-2021

 

Où et quand peut-on trouver des larves d'invertébrés marins dans la mer d'Iroise? Les larves de certaines espèces se trouvent-elles souvent ensemble? Leur répartition est-elle influencée par les fronts marins de la région?
 

L'objectif de DIaMond est de caractériser la distribution spatio-temporelle du méroplancton en mer d'Iroise afin de mieux comprendre comment les fronts marins influencent la structure des communautés planctoniques.

 

Les fronts marins sont des zones où deux masses d'eau différentes entrent en contact. Le mélange entre les masses d'eau entraîne souvent une plus grande disponibilité des nutriments et une plus grande production de phytoplancton, ce qui affecte le reste du réseau trophique, affectant la distribution des formes de vie aussi diverses que le plancton, les crustacés, les poissons, les mammifères marins et les oiseaux.

 

La mer d'Iroise, y compris ses baies, constitue un environnement intéressant car c'est là que les eaux chaudes du golfe de Gascogne se transforment en eaux froides de la Manche. C'est également une zone de forts courants résultant des vents et des marées. Au cœur de la mer d'Iroise, une zone de mélange particulière a été trouvée, appelée le front d'Ouessant. Le front d'Ouessant est la caractéristique océanographique dominante pendant l'été dans cette région, séparant les eaux côtières mixtes des eaux stratifiées au large.

 

Notre objectif principal est d'examiner si les larves d'invertébrés benthiques (méroplancton) se regroupent sur le front d'Ouessant. Pour ce faire, nous collectons du plancton sur différents sites de la Rade de Brest, de la baie de Douarnenez et le long de deux transects qui traversent le front d'Ouessant et à différents moments. Nous utiliserons ensuite une technologie de séquençage à haut débit associée à un code-barres d’ADN pour identifier l'ensemble de la communauté dans chaque échantillon de plancton.

 

Contacts scientifiques: Flavia Nunes & Manoela Brandão
Collaborations: