Structure de la biodiversité des monts sous-marins en relation avec l'hétérogénéité de l'habitat

Résumé

Les monts sous-marins hébergent des écosystèmes uniques, diversifiés et productifs, potentiellement soumis à l’impact de la pêche et à celui de l’exploitation de nouvelles ressources minérales. Les paradigmes écologiques actuellement débattus nécessitent de poursuivre l’effort de recherche dans des zones peu échantillonnées, dans un cadre régional et prenant en compte l’hétérogénéité de l’habitat. La thèse se propose de caractériser les peuplements benthiques de monts sous-marins récemment caractérisés dans le canal du Mozambique et d’autres, mieux connus, dans la ZEE de Nouvelle Calédonie, faisant l’objet de nouvelles investigations par ROV. La méthodologie originale combine l’analyse d’images, la taxonomie intégrative (indispensable à la bonne caractérisation de la biodiversité et à la production de clés de détermination) et les paramètres des habitats afin d’évaluer le degré d’originalité de cette faune. Nous proposons ainsi de répondre aux questions suivantes : (1) Comment varie la structure des peuplements de mégafaune benthique des monts sous-marins (inter- et intra-mont) et quels sont les facteurs (latitude, courantologie, distance à la côte, géomorphologie, substrat, profondeur) qui la contrôlent à différentes échelles spatiales? (2) Les monts sous-marins abritent–ils une faune caractéristique, peut-on prédire les habitats favorables de ces espèces ? (3) Quelle stratégie peut-on recommander pour la caractérisation et le suivi temporel de la biodiversité des monts sous-marins ?

Directrice de thèse : Sarah Samadi - MNHN ; Co-Directrice : Karine Olu - LEP