Distribution et partitionnement de la biodiversité hydrothermale dans un système discontinu de dorsales : le cas des bassins arrière-arc du Pacifique Ouest

Résumé

Les habitats associés aux écosystèmes hydrothermaux sont éphémères et abritent une faune spécialisée et endémique dont le développement repose sur la chimiosynthèse microbienne. Les espèces hydrothermales colonisent l’étroit gradient environnemental entre l’eau de mer et le fluide hydrothermal en fonction de leur tolérance physiologique, de leurs besoins nutritionnels, et des interactions biotiques. A plus grande échelle, la diversité des communautés résulte de nombreux processus tels que la disponibilité des habitats ou la connectivité larvaire. Alors que la connectivité le long des dorsales océaniques continues est relativement bien connue, ces processus large échelle restent flous le long de systèmes discontinus comme ceux des bassins arrière-arc du Pacifique Ouest (BABs). L’objectif de cette thèse est d’estimer le rôle relatif de l’hétérogénéité environnementale et des traits d’histoire de vie des espèces sur la biodiversité hydrothermale au sein des bassins et entre bassins. En se focalisant sur deux assemblages faunistiques représentatifs de ces milieux et à partir d’un échantillonnage hiérarchisé, ce questionnement sera appréhendé grâce à un inventaire taxonomique et moléculaire des espèces, couplé à une description de la géodiversité régionale et de la chimie des fluides au sein des habitats. Une partition de la diversité régionale aux différentes échelles permettra de décrire le rôle des facteurs géographiques et géochimiques sur les patrons biogéographiques aux différentes échelles. Ces connaissances sont essentielles afin de définir des mesures de gestion dans un écosystème de plus en plus convoité pour l’exploitation de ses minerais.

Directeur de thèse : Eric Thiébault - UPMC ; Co-directrice : Marjolaine Matabos / LEP