La conchyliculture dans un monde riche en CO2

CocoriCO2 est un projet interdisciplinaire d’intérêt collectif qui a pour objectif d’accroitre la résilience, la durabilité et la compétitivité de l’ensemble des entreprises conchylicoles françaises en prenant en compte le changement climatique et plus particulièrement l’acidification des océans. Pour atteindre cet objectif, nous proposons un partenariat innovant entre des écologues spécialisés dans les interactions conchyliculture/environnement (Ifremer Bretagne), des bio-géochimistes reconnus pour leurs travaux sur l’acidification des océans (CNRS Villefranche), des représentants de la filière au niveau national (CNC) et régional (CRC Bretagne Nord et Méditerranée) impliqués dans la mise en œuvre et dans le suivi du projet, et une filiale de l’Université de Nantes spécialisée en économie des ressources naturelles, aquaculture marine et gestion des risques (Capacités SAS). Le projet CocoriCO2 repose sur plusieurs disciplines complémentaires, i.e. écologie, bio-géochimie, physiologie, économie et sciences sociales, bien couvertes par le partenariat. Les objectifs spécifiques du projet consistent à observer, analyser, anticiper et remédier les effets de l’acidification des océans sur la conchyliculture et permettra d’évaluer la vulnérabilité des écosystèmes, des espèces en élevage et des entreprises. Nous allons mettre en place le premier suivi du pH et des carbonates de l’eau de mer à l’aide de capteurs innovants dans les zones conchylicoles pour évaluer leur vulnérabilité au risque d'acidification. Puis, nous allons évaluer à l’aide de mésocosmes les impacts de l’acidification en fonction de plusieurs scénarios de changement climatiques sur la performance et la qualité des bivalves (huîtres et moules) pendant un cycle de vie complet sur les côtes Atlantique et Méditerranéennes. Nous mènerons des enquêtes sur l’ensemble des bassins de production pour évaluer la perception du risque acidification par les conchyliculteurs et les stratégies d’adaptation, et nous estimerons, à l’aide d’une approche comptable, l’impact de l’acidification sur la performance économique des entreprises. Enfin, nous testerons en laboratoire et sur le terrain le potentiel des macroalgues (végétalisation) et de produits alcalins issus de déchets coquillés pour limiter localement les effets de l’acidification. CocoriCO2 repose sur un changement d’échelle pour appréhender des impacts sur la performance des entreprises et de la filière conchylicole et pour proposer des scénarios de gestion durables.