Aperçu

Le programme international Argo, un réseau mondial de flotteurs autonomes surveillant les propriétés de l'eau de mer, fournit des données en accès libre pour les besoins de l’océanographie opérationnelle et de la recherche océanique et climatique. Suite au succès de sa mission principale (Core-Argo) initiée en 1998 et dédiée à la surveillance de la température et de la salinité dans la couche 0-2000 m, Argo entre dans une nouvelle phase pour répondre aux défis scientifiques et sociétaux posés par le changement global. Argo se veut maintenant global, surface-fond et multidisciplinaire : Deep-Argo étend les mesures physiques jusqu'à 6000 m de profondeur, et BGC-Argo assure l’acquisition de six paramètres biogéochimiques supplémentaires.

 La France joue un rôle important dans Argo depuis son lancement et est à la tête de l'infrastructure de recherche européenne (ERIC) Euro-Argo qui organise la contribution européenne à Argo. Euro-Argo et sa composante française (Argo-France) font partie de la feuille de route du Ministère Français de la Recherche sur les grandes infrastructures de recherche (TGIR). L'objectif d'Argo-France pour la prochaine décennie est de déployer environ 80 flotteurs Argo par an : 30 flotteurs Core-Argo, 20 flotteurs Core-Argo avec capteurs d'oxygène, 15 flotteurs Deep-Argo avec capteurs d'oxygène et 15 flotteurs BGC-Argo.

 Les objectifs d’Argo-2030 sont (1) d’acquérir 15 flotteurs BGC-Argo pour consolider la contribution française à BGC-Argo et permettre au pays de remplir son engagement international ; (2) de préparer la prochaine phase d'Argo en testant et en validant une deuxième génération de flotteurs BGC et Deep-Argo qui augmentera le potentiel scientifique du réseau. Argo-2030 propose d’acquérir 14 flotteurs BGC-ECO-Argo et 22 flotteurs Deep-6000. Les flotteurs BGC-ECO-Argo sont des flotteurs BGC-Argo équipés de capteurs écologiques pour observer les écosystèmes marins. Ils fourniront des observations allant de la dynamique physique aux niveaux trophiques élevés (zooplancton et petits poissons), étendant ainsi le champ d'application d'Argo à la recherche écologique marine. Les flotteurs Deep-6000 renforceront le réseau Argo en échantillonnant les couches abyssales, et en fournissant des observations biogéochimiques profonde grâce aux capteurs d'oxygène dont ils seront équipés. Ces flotteurs vont révolutionner les sciences océaniques en palliant, et à terme en résolvant, le sous-échantillonnage chronique actuel des écosystèmes marins et des couches abyssales. Argo-2030 sera complètement intégré à Argo-France.

 Argo-2030 est composé de quatre unités ayant une forte expertise dans le domaine de la circulation physique, des cycles biogéochimiques et de la dynamique des écosystèmes marins, ainsi qu'une expérience dans la science, la gestion des données et la technologie Argo. Les membres du consortium sont impliqués dans les instances de gouvernances Argo et collaborent depuis 10 ans dans le cadre de l’Equipex NAOS (Novel Argo Observing System) (2010-2020) dont Argo-2030 est la continuation naturelle. Les quatre unités sont affiliées aux partenaires institutionnels qui soutiennent Argo-France et sont en charge de sa gouvernance.

 Les données Argo-2030 seront librement partagées sur des bases de données publiques et seront valorisés par des publications dans des revues à fort impact ainsi que par un large éventail d'utilisateurs grâce à leur intégration dans des systèmes d'assimilation de données.

 Argo-2030 contribuera à une meilleure compréhension et prévision du changement climatique et à l'amélioration des services océaniques tels que ceux développés en Europe dans le cadre du service maritime Copernicus qui sont d'une importance capitale pour les citoyens et les décideurs politiques. Argo-2030 soutiendra les activités industrielles et l'expertise technologique françaises et européennes dans le domaine des sciences océaniques, avec des impacts socio-économiques importants aux niveaux national et européen.