Projets

Location

Environnement littoral

Contribution au déploiement de la surveillance du milieu marin aux Antilles

Projet Interreg CARIB-COAST

Dans un contexte de crises cycloniques répétées et d’élévation du niveau de la mer, le projet Carib-Coast, piloté par le BRGM et intégré au programme Interreg Caraïbes 2014-2020, a pour objectif d’initier un réseau caribéen pour la prévention et la gestion de crise des risques littoraux en lien avec le changement climatique.

+ d'infos : www.interreg-caraibes.fr/

Projet Feder CHLOANT sur le chlordécone

Location

Halieutique

L’activité du domaine halieutique est centralisée autour du Système d’Informations Halieutiques (SIH), déployé en Martinique et en Guadeloupe. Ce dernier a permis d’établir un premier diagnostic sur l’état des ressources exploitées par la pêche antillaise et offre un moyen d’en faire le suivi. Les premières analyses réalisées à partir des données collectées ont mis en évidence la nécessité de travaux plus approfondis pour la gestion des ressources démersales côtières et celle d’une participation aux groupes de travail internationaux pour l’évaluation des ressources partagées.

 

Pour améliorer la gestion des ressources halieutiques aux Antilles, plusieurs axes de travail ont été identifiés :

Identification des zones fonctionnelles halieutiques (ZFH)

Dans un premier temps, une synthèse des connaissances concernant les nourriceries a été réalisée, puis un bilan a été dressé sur les facteurs influençant l’importance du rôle de nourriceries des habitats clé (mangroves, herbiers et récifs coralliens). Ces derniers sont caractérisés par certains éléments communs comme une forte complexité structurale, une abondance de nourriture et une bonne connectivité avec les habitats voisins. Une cartographie a été fournie en Guadeloupe et en Martinique en croisant les données enregistrées dans les SIG (habitat, bathymétrie…) et les critères de qualité des nourriceries. L’identification des frayères et zones d’agrégation de frai est à l’étude pour améliorer la connaissance locale des ZFH.

Evaluation des ressources démersales

L’évaluation des ressources démersales en Guadeloupe comme en Martinique se heurte à l’extrême complexité d’une pêcherie très plurispécifique et multi-métiers ainsi qu’à la pauvreté des données dont la collecte est réalisée par échantillonnage avec un taux relativement faible. Les données disponibles, limitées aux captures et aux efforts de pêche, placent les stocks dans la catégorie des stocks à données limitées (DLS – data limited stocks). Deux études exploratoires menées sur les plateaux insulaires martiniquais et guadeloupéens ont permis une première tentative d’évaluation de l’état des ressources côtières. Des pistes d’amélioration ont été formulées au cours de ces travaux et visent notamment un renforcement de la collecte de données biologiques et le déploiement de modèles adaptés aux stocks à données limitées.

Le renforcement du dispositif de collecte des espèces benthiques et démersales

Ce nouveau projet (démarrage programmé en 2021) prévoit le renforcement du dispositif de collecte sur les structures démographiques et les paramètres biologiques des espèces benthiques et démersales aux Antilles. Ces éléments sont des préalables nécessaires pour le calcul des indicateurs permettant d’évaluer la soutenabilité des flottilles par rapport aux ressources, et d’ajuster les capacités de capture au potentiel biologique des stocks. Dans ce cadre, un suivi sera organisé en 2021 en Guadeloupe et en Martinique pour compléter les données biométriques d’ores et déjà collectées mais limitées à un nombre restreint d’espèces. Les campagnes basées sur des échantillonnages au débarquement consistent en la collecte d’informations portant sur l’identification précise des compositions spécifiques, les mensurations des individus (longueurs et poids), le sexe, la maturité sexuelle et la détermination de l’âge par sclérochronologie.

Synthèse et analyse des données, développement et tests de modèles d’évaluation pour les stocks à données limitées

Le réseau MULTIFISH vise à évaluer des stocks à données limitées (DLS) exploités par des pêcheries multispécifiques en outre-mer dans un contexte écosystémique. Dans un contexte où il n’existe pas ou peu de modèles d’évaluation des ressources dans les RUP, l’objectif sera de tester des approches de modélisation s'inspirant des approches DLS développées par le CIEM (Conseil International pour l'Exploration de la Mer) et par la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration). Le projet MULTIFISH répond à ce besoin et a démarré en 2020. Les approches explorées reposent largement sur l'élaboration de séries de CPUE (Captures Par Unité d'Effort) globales ou individuelles. Les approches DLS seront aussi appliquées pour tenter d'exploiter les données de structure en taille collectées dans le cadre des campagnes de mesure précitées. Les stocks concernés ne sont pas encore évalués mais d’importance économique locale voire régionale et font pour certains déjà l’objet d’un suivi dans le cadre du règlement européen sur la collecte de données pêche (EU-MAP).

Suivi de la pêche récréative

Plusieurs enquêtes sur la pêche de loisir en mer ont été réalisées en France métropolitaine entre 2004 et 2019. Elles ont mis en évidence l’importance de cette activité adoptée par environ 2,5 millions de personnes et caractérisée par une grande diversité des pratiques, une répartition géographique hétérogène ainsi qu’une saisonnalité forte. Aux Antilles, la connaissance de la pêche récréative maritime est beaucoup plus parcellaire. L’étude nationale déployée entre 2006 et 2008 a été la seule appliquée en outre-mer. Elle a montré que les taux de pénétration liés à cette activité étaient les plus élevés en Guadeloupe et Martinique (respectivement 10,9 et 13,0 %), en comparaison des autres DOM (Guyane, Réunion) et de la métropole (5,1 %). Outre cette représentativité marquée, l’enquête démontrait des spécificités dans les régions ultra-périphériques sur de nombreux aspects. Ces premiers résultats laissaient également présager un impact significatif sur la ressource aux Antilles. Une enquête a donc été lancée à l’automne 2020 à l’échelle des territoires français des Antilles (Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy). Les travaux visent à établir un état des lieux précis de la pêche de loisir en mer, tant au plan de la caractérisation de la population d’usagers et de leurs pratiques, que des captures réalisées (prises conservées et rejetées). Des estimations robustes seront fournies sur ces aspects, tout en quantifiant l’impact économique de la pêche de loisir aux Antilles. Ces données sont indispensables à la mise en place de mesures de gestion adaptées à l’exploitation durable des stocks commerciaux.

Sélectivité des engins de pêche et prises accessoires de tortues

L’Ifremer est un partenaire du projet TOPASE (TOrtues et Pêche Accidentelle vers des Solutions de réductions Efficientes) porté par le CNRS. Une des causes de mortalité des tortues marines aux Antilles françaises est la capture accidentelle par des engins de pêche, en particulier les filets maillants de fonds. Les objectifs de ce projet sont de répondre à cette menace en apportant des solutions innovantes en matière d’engins et de pratiques de pêche. Ces solutions seront co-construites en partenariat avec les marins pêcheurs de Guadeloupe et de Martinique.

 

L’Ifremer contribue également aux réflexions internationales liées à la gestion des pêcheries et intervient en appui aux politiques publiques auprès des partenaires centraux (DPMA, DEB, DGAL…) ou déconcentrés de l’état (DM, DREAL, DDAF, OIE…).

Contribution aux groupes de travail internationaux

Les informations sur les pêcheries collectées par l’Ifremer en Guadeloupe et Martinique permettent d’alimenter en données les groupes internationaux d’évaluation des stocks des organisations régionales de gestion des pêches. L’unité Biodivenv participe régulièrement aux groupes de travail et réunions internationales des instances suivantes :

- Western Central Atlantic Fishery Commission (WECAFC)

- International Commission for the Conservation of Atlantic Tunas (ICCAT)

- Gulf and Caribbean Fisheries Institute (GCFI)

Expertises et avis

Les pouvoirs publics sollicitent régulièrement l’Ifremer sur des questions en lien avec les travaux passés ou actuels de l’équipe halieutique. A titre d’exemple, les sujets suivants ont été traités : avis sur les travaux de modernisation de la flotte de pêche, contamination des ressources à la chlordécone, réglementation des pêches (arrêtés pêche professionnelle et pêche loisir, fiches déclaratives des professionnels), problématique du poisson-lion, etc.

Location

Pisciculture

- Elevage de l'ombrine: mise en place des protocoles de constitution et de gestion d’un stock de reproducteurs d’ombrine à haute valeur génétique

Contact

: Emmanuel Thouard

: Délégué régional, chef de station

:
79 route de Pointe Fort
97231 LE ROBERT

: Standard 05 96 66 19 40

: 05 96 66 19 41

: Emmanuel.Thouard@ifremer.fr