Installations expérimentales dédiées aux ressources vivantes

Installations expérimentales dédiées aux poissons

L’Ifremer dispose de plusieurs infrastructures d’expérimentation sur les poissons marins sur plusieurs sites du littoral français, dédiées à l’étude des populations, leur cycle de vie, l’influence des conditions environnementales, etc. Deux sites regroupent les principales installations de l’institut : Brest-Plouzané et Palavas.

Palavas

La plateforme aquacole de Palavas s’étend sur 3Ha, dont 4000m² d’infrastructures couvertes et 2000m² de plateforme extérieur. Elle a fait l’objet en 2015 de rénovation importante à travers le projet MeDITERA (« Mutualisation des infrastructures aquacoles régionales », mené par l’Ifremer avec le soutien du Cirad , projet qui s’inscrit dans une démarche d’intensification des coopérations entre le monde économique, la recherche et l’enseignement.

Les installations comportent :

  • un laboratoire d’analyses,
  • 16 salles d’expérimentations avec plus de 300 m3 d’élevages et 400 bassins allant de 5m3 à 10 litres,
  • Une zone dédiée à l’écotoxicologie,
  • Une salle dédiée aux populations expérimentales de poissons vivantes ou cryoconservées (ce matériel génétique de 500 géniteurs vivants et 50 000 paillettes de sperme de bars et loups constitue un support original pour la recherche sur les performances animales),
  • Une salle dédiée aux tilapias et autres espèces d’intérêt pour la pisciculture continentale dans les pays du Sud.

Plouzané

Les installations  expérimentales du site s’étendent sur 800 m2 et comportent deux halls : l’un est dédié aux premiers stades de vie des poissons (trois unités expérimentales indépendantes de 40 m2), l’autre est consacré aux expérimentations sur juvéniles et adultes. Ce second hall accueille ainsi des poissons maintenus sur des durées de plusieurs mois et offre une grande flexibilité en termes de température, de taille de bassin, de pH et d’oxygénation de l’eau. L’espèce principalement étudiée est le bar. Des travaux sur des poissons plats côtiers, comme la sole et le flet, sont également développés. Un tunnel de nage, unique en France, a récemment été mis en place afin d’effectuer des épreuves de caractérisation des performances de ces différentes espèces de poissons marins.

Installations expérimentales dédiées aux mollusques

Objectifs des installations

Les infrastructures expérimentales de Bouin, La Tremblade, Argenton et Plouzané soutiennent cinq types d’activités majeures :

  • La production de familles ou de lots caractérisés, destinés à des expérimentations dans différentes thématiques (génétique, physiologie, pathologie, écotoxicologie,…)
  • La caractérisation génétique et physiologique et le statut infectieux de populations non produites dans les installations
  • L’étude de la physiologie en réponse aux contraintes environnementales
  • L’étude de la reproduction et du développement précoce des mollusques
  • La production d’animaux polyploïdes ou sélectionnés en soutien direct à la filière conchylicole

Cinq espèces de bivalves d’intérêt commercial et écologique (Crassostrea gigas, Ostrea edulis, Mytilus edulis/galloprovinciallis, Pecten maximus, Ruditapes decussatus/phillippinarum : huître creuse, huître plate, moules, coquilles Saint Jacques, Palourde européenne/japonaise) sont principalement concernées.

Descriptif des infrastructures

Bouin

Le site comporte une nurserie de 10 raceways avec production de l’algue unicellulaire Skeletonema costatum en grand volume, ainsi que plusieurs salles d’expérimentation et de cultures d’algues en conditions contrôlées pour une surface humide d’environ 700 m². Toutes les installations sont approvisionnées en eau de mer, depuis des claires utilisées comme bassins de décantation. Différents systèmes de traitement de l’eau permettent de contrôler la qualité de l’eau qui alimente les salles expérimentales. Quant aux rejets d’eau de mer, ils peuvent être soit stockés dans une cuve étanche, soit canalisés vers une station de traitement de l’eau afin d’être épurés par un traitement adéquate (oxydation, rayonnement UV).

La Tremblade

Le site comporte une écloserie expérimentale (incluant la production d’algues unicellulaires, la maturation, les croisements, l’élevage larvaire, la micro-nurserie), plusieurs salles expérimentales humides, dont une en particulier dédiées aux essais de reproduction d’infections en conditions expérimentales, pour une superficie totale en salles humides de 700 m² environ. Les rejets de ces différentes salles sont traités en fonction des risques environnementaux identifiés. Il est complété par plusieurs zones expérimentales en extérieur : en bassins, en claires, ou sur estran.

Plouzané

Les infrastructures de ce site se caractérisent par une alimentation en eau de mer pompée en Rade de Brest, deux salles d’expérimentation impliquant des infections avec des agents pathogènes, et des contaminations par des algues toxiques ou des polluants, une salle de stabulation, des bacs de différents volumes pour travailler sur les juvéniles et les adultes de bivalves : huîtres, coquilles Saint-Jacques, palourdes… Un système automatisé de traitement des effluents permet d’étudier l’effet d’agents pathogènes, algues toxiques ou xénobiotiques sur la physiologie des bivalves marins.

Argenton

Le site, d’une superficie de 800 m2, se caractérise par des structures d’élevage de formes et volumes variés adaptés à tous les stades de vie étudiés, d’un contrôle des paramètres environnementaux et d’une capacité de pompage en mer importante afin d’alimenter en continu les 10 salles d’expérimentation grâce à une réserve d’eau d’un capacité totale de 10 000 m3. Le site possède également des automates de mesures des conditions expérimentales permettant d’établir des bilans physiologiques des animaux, à l’échelle de l’individu ou de la population.

Infrastructures de production de microalgues

A Palavas, des cultures expérimentales de microalgues marines, en extérieur et/ou en intérieur, sont effectuées.

La plate-forme extérieure est dotée de 9 bassins de 20m2 et de deux bassins de 200m2, ainsi que de colonnes grées pour la circulation, la dissolution du CO2 et le dégazage de l’O2 en boucle fermée. Le site a pour objectifs de :

  • séquestrer et valoriser des effluents gazeux comme le CO2 industriel ou liquides comme les nutriments dissous,
  • séquestrer les molécules toxiques
  • étudier l’interaction entre le milieu de culture et la réponse physiologique des algues
  • étudier l’influence des saisons sur les cultures algales en milieu ouvert.

Les infrastructures de Palavas sont ainsi notamment utilisées dans le cadre du projet VASCO 2, dont l’objectif est de valoriser une part du CO2 industriel émis par la zone de la Fos sur Mer grâce aux cultures de microalgues.

De plus, les sites d’Argenton, de Plouzané, de Bouin et de La Tremblade dispose de salles pour produire des microalgues en intérieur ou en extérieur pour nourrir les bivalves en expérimentation.