Une vingtaine d’emplois de R&D soutenus à terme

La mesure de préservation de l’emploi en recherche et développement est une mesure phare du plan de relance : elle vise à renforcer les liens entre la recherche publique et les entreprises tout en préservant les compétences nationales en R&D

1 400 salariés du privé pourront être mis à disposition d'un laboratoire public, sans rupture de leur contrat de travail, ou effectuer une thèse pour renforcer leurs compétences. Leur salaire sera pris en charge par l'Etat à hauteur de 80% dans le cadre d'un contrat de recherche entre leur entreprise employeuse et le laboratoire public. Pour favoriser l'insertion professionnelle de jeunes diplômés et de jeunes docteurs, 600 jeunes bac + 5 seront embauchés dans des laboratoires publics pour être mis à disposition d’entreprises privées et 500 post-doc seront financés par l’État dans le cadre d'une collaboration entre un laboratoire public et une entreprise.

L’Ifremer qui mène une politique volontariste en faveur de l’innovation notamment par le développement de collaborations de recherche avec des entreprises, fait partie des 70 structures et organismes de recherche déjà engagées dans cette démarche au service de la dynamique de R&D.

Dans ce contexte, l’Ifremer a travaillé avec des entreprises éligibles à la mesure en élaborant des projets communs reposant d’une part sur l’ouverture de ses laboratoires à des chercheurs et ingénieurs du privé et, d’autre part, sur la mise à disposition des entreprises de jeunes diplômés et jeunes docteurs embauchés en CDD par Ifremer. Un total d’environ 20 à 25 ETP (Équivalent Temps Plein) pourrait ainsi être concerné par de tels projets. Les discussions visant à une contractualisation à venir sous l’égide de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) sont en cours.