7 millions d’euros pour 13 projets immobiliers

Présent sur toutes les façades de l’hexagone et en Outre-mer, l’Ifremer dispose d’un réseau d’implantations conséquent sur le territoire national. Le plan de relance contribuera à améliorer les performances énergétiques de ce vaste parc immobilier. Treize projets initiés par l’Ifremer ont ainsi obtenu le financement de France Relance à hauteur de de 7 millions d’euros.

BATIMER

La majorité de l'enveloppe du plan de relance (plus de 6 millions d’euros) sera consacrée à la construction du projet BATIMER sur le Centre Ifremer de l’Atlantique à Nantes.

Ce bâtiment accueillera les équipes de recherche de l’institut concernées par la thématique des micro-algues toxiques et nuisibles et celles concernées par l’environnement et les ressources. Sur une surface de 3800 m2, le nouvel espace affiche son ambition en matière d’éco-conception avec notamment un choix d'isolation par l'extérieur, l'utilisation privilégiée du bois à l'intérieur du bâtiment, l’installation d’une centrale photovoltaïque et le raccordement à un réseau de chaleur biomasse. Les économies d’énergie attendues sont estimées à 65 % par rapport au bâti actuel.

Ce projet est réalisé dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020 et est co-financé par :

Autres chantiers stratégiques

D'autres chantiers stratégiques bénéficient de ce plan de relance: le remplacement de deux chaudières à fioul par deux pompes à chaleur sur les sites Ifremer d’Argenton et de Port-en-Bessin. À Palavas, c’est une chaudière à gaz qui laissera la place à une thermofrigopompe. Objectif : à une énergie polluante et carbonée substituer une énergie moins émettrice – l’électricité- dont 50 % du volume sera issu d’énergies renouvelables. Des changements qui ne sont pas anodins car ces installations, destinées notamment à chauffer l’eau des bassins pour les coquillages et les poissons, sont gourmandes en termes de consommation. A noter également des travaux d’isolation par la toiture au Centre de la Seyne-sur-Mer, avec là-encore une réduction des dépenses en chauffage.

Au final, la baisse sur la facture énergétique globale de l’Ifremer sera substantielle avec près de 2 millions de KWh (1 952 356) économisées par an et une diminution annuelle des émissions de gaz à effets de serre de près de 370 000 (368 330) kg eq CO2.

Remplacement de la chaufferie fuel du site d’Argenton

Le projet consiste à remplacer le mode de production de chaleur du site expérimental d’Argenton. Actuellement, le mode en place est une chaufferie fuel de 400kW, en fin de vie (20 ans) et sans installation de secours.

Le projet prévoit donc le remplacement de cette chaudière énergivore par un système de pompe à chaleur sur eau de mer (pompage eau de mer existant), optimisé sur le plan de la consommation énergétique et de moindre impact environnemental. Le projet prévoit également le remplacement en simultané du groupe froid de la station (en fin de vie également) afin d’installer une pompe à chaleur double produisant le froid et le chaud. Ce système permettra de récupérer les calories produites par le groupe froid pour créer une partie de la production de chaleur.

Le projet est actuellement en phase étude avec consultation des entreprises à l’automne 2021.

Montant de la subvention : 140 000€

Remplacement des éclairages de l’atelier RDT bâtiment Kullenberg

Le projet consiste à remplacer les éclairages anciens de l’atelier de l’Unité Recherche et Développements Technologiques (RDT) qui ne sont plus satisfaisants du point de vue de la qualité de l’éclairage, pour garantir précision et sécurité des personnels de l’atelier par des éclairages LED moins énergivores.

Travaux réalisés au 1er semestre 2021.

Montant de la subvention : 26 000€

 

« Le plan de relance fait se rencontrer les besoins de rénovation du parc immobilier de l’Ifremer et l’urgence économique que constitue la reprise du secteur du bâtiment. Toutes les opérations que nous réalisons sont nécessaires mais étaient programmées à une échéance plus lointaine. Les crédits supplémentaires alloués vont nous permettre d’accélérer le calendrier des chantiers pour une livraison des projets étagée entre 2021 et 2022 »

Patrick Vincent, Directeur général de l’Ifremer

Retour à l'accueil